L’hibiscus

Dire, bien sûr ! + Coquetterie optimiste : Coucou n° 462 du 25 mars 2021

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Vous retenez-vous d’exprimer à vos proches ce que vous pensez de leurs choix, par exemple ?
Je vous invite vivement pour la fluidité de la relation à dire au contraire.
Avec tact. Et sans certitude de détenir LA vérité ! évidemment !

Coucou !
Lors de mon dernier coucou, certain(e)s d’entre vous, ont réagi :
Oh ben, c’est sûr ! il vaut mieux se taire !
Personnellement, je ne crois pas. Au contraire, vous devez faire cadeau de votre parole.
Si le sujet vous importe, si vous vous faites des noeuds au ventre en observant votre proche se fourvoyer, si vous l’aimez ce proche... il est important de lui parler.
C’est l’honorer de votre confiance.
Autrement, les silences vont se muer en tensions, en paroles retenues, voire en perfidies insinuées, vous ne croyez pas ? Et la relation peut se gâter...
Je vous livre la conclusion de mon article sur le bienfait de l’expression de soi :
Imaginez Imaginez un monde où vous seriez absolument certain(e) que chacun(e) resterait toujours au plus près de lui/d’elle. A se dire au fur et à mesure, sans rien laisser s’enkyster, sans permettre d’effritement de la relation…

Parlez donc.
Alors évidemment, surtout pas en pleine colère d’amour ! Prenez le temps de digérer vos peurs.

Avec quelques précautions oratoires, si besoin : Hum ! ce que je vais te dire est délicat... J’espère de tout coeur ne pas te heurter...

Et peut-être aussi après avoir mesuré la juste distance à avoir avec vos proches, la distance que j’aborde en traitant des fâcheries avec nos proches.
Parlez depuis votre centre. Parlez sans asséner. C’est votre point de vue que vous exprimez. Vous l’offrez à l’autre.
La vie peut vous surprendre, et lui donner raison. Admettez-le. Cela vous donnera un ton nettement moins péremptoire !
Et puis aussi, et puis surtout ! inclinez-vous : c’est SA vie, et il/elle en fera, bien sûr !, ce que bon lui semble !

Puis, à ce moment-là, vous devez radicalement lâcher : pas de rabâchage.

Vous essayez ?



Cette semaine, j’ai ri devant mon miroir.
Je me dévisage plus volontiers dans le miroir de la salle de bains. Il m’offre une vision plus agréable que le reflet de mon téléphone portable, par exemple. Et je me disais : voilà encore une preuve de mon optimisme foncier !! je fréquente prioritairement les miroirs plus amicaux !! selon l’expression de Yasmina Reza, dans son Heureux les heureux, qui juge son miroir "de moins en moins amical". (Grand grand sourire).

Hier matin, premières jonquilles sauvages, premier tapis de vives pervenches , et des chatons de saule tout hérissées de blondeur !
Je me suis régalée de ma première soupe d’ortie !

Prenez soin de vous ! Souriez-vous ! (Sourire).
Carole.


Quelques textes sur l’importance de vous dire :
Le cadeau de votre parole
Sans peur et sans reproche : même si ça sort un peu brutalement au départ... c’est préférable au silence. Et vous ferez mieux la prochaine fois, c’est sûr !
Honore-moi de ta franchise : les véritables ami(e)s n’hésitent pas à vous dire ce qui les chiffonnent en vous. Avec beaucoup de tact, quand même !

Cet article peut évidemment avoir un écho en cas de conflit avec un(e) enfant adulte.


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – mars 2021








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…