L’hibiscus

Le centième singe, le 3 868 939e flocon et le colibri : coucou n°34, le 16 mars 2009

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Coucou,

Le phénomène du centième singe...
Voilà une expérience pleine d’optimisme ! Vous connaissez peut-être ?

« Voici ce que révélèrent d’étonnantes observations anthropologiques japonaises, liées à l’étude en milieu naturel - pendant 30 années-, des macaques de l’archipel des îles Okinawa Tô :
Dans l’île de Koshima, des scientifiques approvisionnaient les singes de patates douces qu’ils laissaient tomber sur la plage. Les singes aimaient bien le goût de la patate douce crue, mais trouvaient déplaisant de manger du sable...
Imo, une jeune femelle, trouva la solution au problème en lavant les patates. Les observateurs notent que les premiers à suivre l’exemple de la guenon sont les jeunes singes, qui l’accompagnent au fil des jours, de plus en plus nombreux, avec d’autres femelles. Les plus réticents sont les vieux singes, rivés à leurs habitudes, qui observent ce manège avec des grimaces réprobatrices...
Les années passent, et le processus continue lentement à s’amplifier jusqu’au jour où ce groupe atteint une "centaine" d’individus... Ce matin là, le "centième" singe apprit à son tour à laver ses patates, et c’est à ce moment qu’il se passe un phénomène extraordinaire : toute la communauté bascule et l’ensemble de la société des singes adopte ce comportement. Plus extraordinaire encore, les scientifiques découvrirent, stupéfaits, que ce nouveau comportement venait de franchir l’océan d’un seul bond !... Des colonies de singes occupant d’autres îles, et même la troupe vivant sur le continent dans la ville de Takasaki, commencèrent eux aussi à laver leurs patates douces !... L’addition de "l’énergie mentale" de ce "centième" singe créa donc une véritable percée idéologique, une révolution culturelle inattendue.
La nature elle-même délivrait ce message : lorsqu’un certain nombre d’individus atteint un niveau de Conscience, celui-ci peut être transmis d’un esprit à l’autre !...
Même si le nombre exact d’individus touchés par ce changement peut varier, le phénomène du "Centième singe" demeure le même. Lorsqu’un nombre restreint de personnes apprend une nouvelle façon de penser, de vivre, et d’agir, ce nouvel apprentissage reste connu des seuls initiés.
Cependant, il suffit alors qu’une seule personne parvienne à son tour à cette nouvelle Conscience, pour que celle-ci atteigne presque tout le monde !... »
(il existe plusieurs versions - et controverses - de cette histoire sur le web, moi j’ai chipé celle-ci ici.)

 

Ou racontée de manière poétique, par la mésange :
Une mésange s’adresse à une colombe :
Sais-tu le poids d’un flocon de neige ?
Et la colombe de répondre :
Oh, pas grand chose ! ça pèse moins que rien, un flocon.
— Oui, moi aussi, je le croyais. Mais l’autre jour, j’étais sur la branche du sapin quand il a commencé à neiger.
Tout doucettement, une petite neige tranquille, dans un silence molletonné.
Je me suis mise à compter les flocons qui tombaient sur la branche où je me trouvais, comme ça, par désœuvrement... J’en ai compté 3 868 938.
Bien sûr, je commençais à avoir du mal à me concentrer, mes yeux piquaient, et ça s’embrouillait un peu dans ma tête, mais je me rappelle bien : 3 868 938. Oui, c’est ça.
Et bien, quand le 3 868 939e flocon est tombé sur la branche, même si ça ne pèse rien, un flocon, moins que rien comme tu dis, eh ! bien, figure-toi que la branche a cassé !!! Incroyable, non ?!!

 
 
 

Ajoutez à cela l’histoire du colibri que Pierre Rabhi aime à raconter :
Dans une forêt en feu, les animaux fuient en tous sens.
Seul un colibri, inlassablement, va à la rivière remplir son petit bec, puis au brasier y déposer sa goutte.
Un pélican aperçoit son manège ! et l’interpelle :
« Tu es fou, colibri, tu crois vraiment éteindre un incendie avec tes petites becquées ?!! tu vois bien que cela ne sert à rien ! »
« Oui, je sais » répond le colibri, « mais je fais ma part... »


 

Vous tricotez toutes ces informations.
Et peut-être ne manque-t-il qu’un tout petit flocon, une petite becquée !?, pour faire ployer le monde...
C’est assez encourageant, moi je trouve !!!

Excellente semaine à vous !
Carole.

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – mars 09








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.