L’hibiscus

Lire sa vie + "un pti noir, svouplé" : coucou n° 89 du 15 février 2010

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Bonjour !
il y a peu, je discutais avec une personne, qui se stressait car il devait prendre un avion pour la Californie, et avait un changement aux Etats-Unis. Il avait été traumatisé, quelques années auparavant, par un transit à JFK (le plus grand aéroport de New-York). Je sais, j’aurais pu dire directement "l’aéroport de New York", mais je trouve que JFK (pour John Fitzgerald Kennedy) ajoute au stress !!
Je lui demande donc de me raconter son transit : 3h du matin, un peu affolé, une escale riquiqui dans un aéroport désert, immense, les terminaux reliés entre eux par des rames de métro, des panneaux illisibles, des agents rogues, qui parlaient à toute allure... Et tout à coup, lumière phonique (sic !) : notre homme entend son nom dans les hauts-parleurs ! son nom déformé par l’accent américain, mais indéniablement son nom. Il cherche autour de lui, toujours égaré, toujours paniqué. Et enfin avise un steward qui lui adresse de grands signes comminatoires ! Il s’engouffre dans l’avion, son sac de routard sur l’épaule, qui aurait dû être en soute, évidemment !
Et il est traumatisé ! à jamais !
Je lui propose une autre lecture de cet épisode : Et si, au lieu de vous perdre dans la peur, vous remarquiez à quel point vous avez été chanceux ! Réalisez-vous que, en conditions extrêmes (!), vous avez sauté dans votre avion à la volée !! Vous auriez pu rater votre correspondance, vous auriez pu tomber sur sur un steward bougon et intraitable qui vous aurait recalé à cause de votre sac à dos...
Songez au contraire que vous êtes béni ! Vous pouvez toujours être repêché, la preuve !!

Une même histoire, deux lectures. La seconde, la mienne, est plus propice aux dénouements heureux !
Car vous imaginez bien qu’une personne tendue, inquiète, se déboussole plus facilement qu’une autre, et permet donc à la vie de lui donner raison !
Gageons que, cette fois-ci, notre homme, décontracté, aura rallié la Californie sans encombres !
Et vous ? comment lisez-vous les épisodes de votre vie ?
Y repérez-vous de jolis repêchages ? ou en ruminez-vous les aléas ?



La semaine dernière, j’étais à Paris.
Un de mes plaisirs parisiens, c’est de petit-déjeuner au bistrot !
Je m’offre un café (moi , vous savez, le café n’est pas ma tasse de thé !!), et deux tartines (comprenez : une demi baguette beurrée !). Et je savoure avec bonheur.
Tout est incartade dans ces petits-déj parisiens ! car le pain beurré, non plus, n’est pas trop mon truc, moi qui mange habituellement, sans lait, sans gluten... et sans café !
et tout est délice !



A tout bientôt !
Carole.


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – mars 2010








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...