L’hibiscus

Votre sourire + squat de lézards : Coucou n° 283 du 27 août 2014

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Quand le monde vous semble triste, offrez-lui votre plus beau sourire !

Coucou vous !
J’ai reçu un billet d’une petite dame, et avec sa permission, je partage, car je trouve cela très très renversant !
Elle était tristoune ces derniers temps : A quoi bon vivre ? surtout dans la solitude de la vieillesse ?...
Et un jour, elle a croisé dans la rue un homme au visage familier, mais à qui elle n’avait jamais parlé.
J’ai toujours plaisir à vous rencontrer, le salue-t-elle.
La conversation s’engage, elle confie un peu son désarroi existentiel, et il a cette réponse bouleversante :
Il vous faut vivre pour les sourires que vous donnez aux gens !
Évidemment, ma petite Mamie est chamboulée par cette répartie !
La plupart du temps, quand quelqu’un(e) ne va pas bien, tou(te)s l’invitent à focaliser sur le positif. Moi-même, lorsqu’il flotte un brin de morosité, je me fonds dans le rose de mes cosmos au coeur jaune pailleté de brun...
Le prodigieux dans la réplique du sage inconnu, c’est qu’au lieu de convoquer la beauté extérieure vers soi, il propose de l’offrir depuis l’intérieur : du coeur de l’être vers le monde ! - si vous voyiez le bon et lumineux sourire de mon amie !
Magnifique !
Cela n’est pas sans rappeler mes scénaristes du bonheur.
A vous de jouer !

Il m’arrive une étrange aventure.
J’héberge à contrecoeur une famille de lézards ! Je ne sais dans quel interstice de ma vieille maison, s’est lové le nid ! toujours est-il que, tous les jours, j’en croise un ou deux ! J’aime beaucoup les lézards. Mais je ne les ai pas invités chez moi !
Ne vous gaussez pas ! Imaginez votre effarement, si, en posture acrobatique de yoga - la tête à l’envers, entre vos jambes ! - vous notiez soudain la présence attentive d’un lézard ! Je n’ai jamais demandé la supervision d’un lézard lors de mes exercices !! Ja-mais !
L’autre jour, rentrant du jardin, sur le seuil, comme m’accueillant ! un jeune lézard ! C’était si comique, ce petiot, tête penchée avec une bienveillante curiosité, que j’ai éclaté de rire ! Ils vont finir par me faire croire que c’est moi qui squatte, ma parole !!

Souriez, c’est l’été ! Oui, un peu nuageux ! d’accord ! mais laissons fuser nos soleils intérieurs, rappelez-vous !
Je vous offre mon plus grand sourire !
Carole.



© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – septembre 14

Sur un sujet proche, voir aussi ma pierre soleil.








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...