L’hibiscus

Trois petits morceaux d’humanité : Coucou n° 176 du 9 mars 2012

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

N’oubliez pas la tendresse !
Elle se niche dans le quotidien.
Même dans des mines revêches !

Coucou !
Trois petits brins d’humanité, ce matin !

Sur le marché, une petite fille avait chaussé ses baskets, trop grandes pour elle, à l’envers (pied gauche pour le pied droit... et vice versa, bien sûr !). Elle sautillait, à tout petits bonds de puce, arrimée à la main de son grand-père qui s’équilibrait de l’autre côté avec un petit-fils mal réveillé. Petit trio cocasse et tendre !

A une station de bus, une adolescente revêche. Renfrognée ! mais renfrognée ! Si renfrognée que son personnage était comme surjoué ! Vous vous rappelez des films expressionnistes allemands des années 30 ? dans lesquels les acteurs et actrices outraient leur jeu ? Mon adolescente, ce matin, c’était un peu ça !
J’adore les adolescent(e)s ! Leur démesure me touche, et leur fragilité bougonne m’attendrit à coeur.

Et dernière scénette : à la gare, un père qui vient de retrouver ses enfants, et qui les renifle, les flaire, les bisouille, les dévisage, les boit,... complètement fondu d’amour !
Quelle merveille !
J’avoue m’être fait la réflexion, que, parfois, une séparation était une chance pour l’amour !
On s’habitue si vite au bonheur, qu’on en oublierait facilement de renifler nos aimé(e)s ! non ?

Profitez bien des derniers froids ! le printemps arrive, c’est manifeste !
Carole.


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – mars 2012








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...