L’hibiscus

Tendreté

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Et si nous cessions de cacher notre vulnérabilité ?
Si nous avancions désarmé(e)s ?

Lucette : « Je ne peux rien contre ma surveillante chef à l’hôpital. Je n’ai pas l’armure nécessaire… »
Mais, voyons ! il ne faut pas s’avancer armé(e) ! Bien au contraire ! Quand nous sommes cuirassé(e), rien ne peut se produire, si ce n’est un rapport de forces… Toujours stérile, le rapport de force ! Nous l’avons tou(te)s déjà expérimenté.
Si, par contre, vers cette surveillante chef, nous avançons complètement désarmé(e), comme nu(e) dans toute notre tendreté… Oui, inutile de chercher, d’habitude ce terme s’emploie à propos de viande ! mais comme je veux parler de cette fragilité d’humain(e) fait(e) de chair et de sang, vulnérable oh si vulnérable ! le terme me semble approprié. Oui, bien approprié.
Si nous nous avançons dans notre faiblesse, notre spontanéité « Quand tu as dit cela, j’ai été blessé(e) » en exprimant avec toute notre authenticité, la peine ressentie, là, nous avons une chance que les relations basculent vers de l’humain.
Tant que nous n’avons pas tenté ce rapport sincère, du plus grand dénuement, nous nous heurterons à toutes les savantes et sophistiquées barricades de l’autre...
Les mêmes que les nôtres !

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – septembre 06

Je vous convie à lire également Témoignage et authenticité sur la nécessité d’avancer dans la rencontre de l’autre.








Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.