L’hibiscus

Sablier Zen

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

De l’influence de notre propre énergie sur le monde des objets...

Un jour, il y a des années de cela, j’étais en formation Feng Shui, à Amsterdam, et on m’avait conseillé un salon de thé, au sommet d’un grand magasin. Un salon de thé zen.
Je me suis installée, dans un décor très serein : des canapés confortables, des bruits d’eau, des couleurs douces. On m’a présenté une carte longue, longue de thés divers. Je me suis décidée, un peu au petit bonheur, pour l’un d’eux. La serveuse venue me l’apporter, me livre également un sablier : « Vous le retournez, et quand le sable aura fini de s’écouler, vous pourrez déguster votre thé. »
Ce qui fut fait. Je me prends à observer le décor. Pensez, j’étais en plein stage Feng Shui ! Je me laisse happer par les bruits doux et apaisants des fontaines… J’étais vraiment bien !
Et au bout d’un moment, je regarde le sablier. Je l’attrape, le secoue, le retourne, et encore ! Le sablier était bloqué ! Je ne sais pas si vous avez déjà vu un sablier qui se bloque ?! C’est rarissime ! Je n’ai, pour le moment, jamais entendu parler d’une telle incongruité ! J’étais si bien que le temps s’était arrêté !
Moralité : Mon thé fut trop infusé ! Et oui ! mais j’ai été ‘ravie’, dans le sens premier du terme !

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – janvier 04








Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.