L’hibiscus

Quel bonheur ! comme tu es sale ! : Coucou n°291 du 27 octobre 2014

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Il est des racines à nos retenues, à nos culpabilités dévorantes... A chercher dans l’enfance et la gadoue !

Coucou !
j’ai déjà abordé le sujet, dans un précédent coucou, je sais, et aussi dans mon livre Élevons-nous : de l’enfance, je l’avoue ! mais j’ai vraiment vraiment envie d’insister !
Petite piqûre de rappel, donc, pour voler au secours de nos mômes !

En général, un(e) enfant qui rentre tout(e) crotté(e), déchiré(e), échevelé(e) d’une virée au jardin ou dans les bois se voit rarement gratifié(e) d’un : Mais quel bonheur ! Comme tu es sale, mon/ma chéri(e) ! Tu as dû drôlement bien t’amuser, hein ?!! Tu fais plaisir à voir !!
Ce discours-là, c’était, de mon temps, de l’ordre de l’utopie !
J’espère que les nouvelles générations sont plus gâtées ! Et, vous vous doutez bien que c’est pour elles que j’écris ! mais pas seulement. J’écris aussi pour les enfants trop sages devenu(e)s adultes rétréci(e)s...

Parce que le sempiternel cri d’horreur : Mais qu’est-ce que tu as fait pour te mettre dans un état pareil ?! ne peut que générer la honte de s’être si bien amusé(e), d’être si vivant(e), si débordant(e) de pétulance...
Et, une fois adulte, ce sentiment déboule en culpabilité à tout bout de champ : si lorsque j’étais explorateur/trice débutant(e) et joyeusement innocent(e), je me faisais reprendre de façon imprévisible - ou en tout cas, imprévisible la première fois ! parce que la seconde, c’était au choix, on s’éteignait, ou on faisait le dos rond ! - c’est forcément qu’il y a quelque chose qui cloche en moi !
Et, de mettre le frein dans nos élans de vie - faudrait pas se salir, hein ?!...

La prochaine fois qu’on se voie, je vous convie à une boueuse partie de rires, d’ac ?! afin de se décrotter (sic) de tout ce fatras, pas très engageant !
Ça vous va ?
Et si vous avez la chance d’avoir de jeunes enfants dans vos horizons, encouragez-les à être de trépidant(e)s aventuriers/rières ! D’ac ? Même avant la fiesta gadoue ? n’attendez pas !

Douce soirée ou belle journée à vous !
La gadoue ! la gadoue ! ça se chante, je crois, non ?!
Carole.


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – octobre 14

Regardez aussi comment appréhender le stade du NON chez les enfants








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.