L’hibiscus

Procrastinons en choeur + qui suis-je ? : Coucou n°438 du 8 octobre 2019

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Procrastiner, ma foi, cela peut très bien se vivre...
le pire ingrédient à ajouter serait le jugement !

Bonjour vous,
je pense que je vais en soulager plus d’un(e), en vous avouant une de mes faiblesses du moment :
je procrastine !
Cela fait un temps déjà.

J’ai acheté en juin de la peinture (rouge vermillon ! splendide !) pour mes chaises de jardin... qui attendent toujours leur dernière couche... et l’été est passé !
Je me suis mis en tête de créer une multitude de collages, je me régale tant à créer... et à part le bazar sur ma table... et l’empilage de magazines sources... je n’ai pas donné un seul coup de ciseaux...
Je pourrais me jeter de la cendre sur la tête, surtout quand vous êtes dans la boucle : une éternité que je dois reprendre contact avec mes toutdoudoux et toutesdoudouces, un siècle que je promets un texte sur le formidable levier de la culpabilisation, et tant d’autres... sans parler des nouveaux livres que je dois vous écrire depuis des lustres !
mais j’ai décrété que non. Je ne vais pas tomber dans cette réaction démoralisante !

Et voilà la grande différence avec la plupart d’entre vous : pas de culpabilité.
Je procrastine ? Ben oui ! c’est comme ça.
Du moins, en ce moment.
J’essaie de m’accepter de tout mon coeur dans cet état.
Cela me permet de ne pas altérer inutilement mon énergie.
Car, sentez-vous combien un jugement - surtout un jugement dépréciateur : paresseux/se, velléitaire... - fait chuter vos forces vives ?
Vous juger, c’est amplifier l’échec.
Bon, présentement, je suis en période végétative. C’est passager, surtout si je ne me mets pas la pression.

Quand vous pensez devoir être autre, autrement plus efficace, autrement plus actif/ve... vous vous déforcez.
Acceptez d’être qui vous êtes : car c’est bien de vous dont il s’agit. C’est ainsi que vous êtes vraiment - pour le moment, j’insiste (sourire). Et non, l’illusoire héros/héroïne de vos fantasmes.
Actuellement, vous êtes probablement en période de maturation, d’intégration.
Vous ne voyez pas de quoi ? même pas grave... Vous avez sans doute tellement peu de compassion envers vous-même que vous ne décelez pas les remous traversés.
Et de cette période, vous allez sortir grandi(e), régénéré(e)...
enfin... sauf si vous vous bloquez en mode jugement. Alors là ! ça sera plus long !

Re-lisez l’article où je raconte comment j’ai arrêté de me juger/de fumer.
Relisez aussi comment raconter votre vie pour en tirer force et courage !
Et, promis, un jour je vous dresserai une transversale de tous les textes où je m’avoue très ouvertement imparfaite !

Bon, je m’en vais savourer mon mode légume !
A bientôt !
Carole.


© Carole Braéckman –www.lhibiscus.fr – octobre 2019








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.