L’hibiscus

Pas un seul (conte)

par Anonyme

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Aimer sans réserve, aimer sans attendre de retour...
Donner sans réserve, donner sans attendre de retour.
Les enfants savent faire...
Un texte qui m’émeut beaucoup...

Le petit Chad était un garçon tranquille et timide.
Un jour, il entra dans la maison en disant à sa mère qu’il aimerait fabriquer une carte de Saint-Valentin pour chacun de ses camarades de classe.
Le coeur serré, sa mère songea : « J’espère qu’il ne le fera pas ! », car elle avait observé les enfants lorsqu’ils revenaient de l’école. Son Chad était toujours derrière eux. Les autres enfants riaient, se bousculaient, bavardaient. Mais Chad était toujours exclu.
Elle décida malgré tout d’aider son fils.
Elle acheta donc du papier, de la colle et des crayons.
Pendant trois semaines, soir après soir, Chad fabriqua consciencieusement ses 35 cartes de Saint-Valentin.

Le matin de la Saint-Valentin, Chad était tout excité.
Il empila soigneusement ses cartes, les rangea dans un sac et sortit en coup de vent.
Sa mère décida de préparer ses biscuits préférés pour qu’après l’école, elle puisse les lui servir encore tout chauds, avec un verre de lait bien froid.
Elle pressentait la déception de Chad et se disait que cette attention mettrait du baume sur sa peine. À l’idée qu’il ne recevrait pas beaucoup de valentins, peut-être même aucun, elle avait mal.

Dans l’après-midi, elle plaça les biscuits et le lait sur la table.
Lorsqu’elle entendit les enfants qui revenaient de l’école dans la rue, elle regarda par la fenêtre.
Comme d’habitude, ils étaient là, riant et s’amusant comme des fous.
Et comme d’habitude, Chad traînait derrière.
Il marchait un peu plus vite qu’à l’accoutumée, cependant.
Elle était certaine qu’il éclaterait en sanglots dès qu’il aurait franchi le seuil de la porte.
Elle remarqua qu’il avait les mains vides. Lorsqu’il ouvrit la porte, elle contint ses larmes.

« J’ai préparé des biscuits pour toi », dit-elle.

Toutefois, Chad l’entendit à peine.
Il se contenta de passer devant elle, le visage rayonnant, et de répéter : « Pas un seul ! Pas un seul ! »

Son coeur de maman se brisa.

Puis il ajouta : « Je n’en ai pas oublié un seul, pas un seul ! »


Et si ce texte était si émouvant parce qu’il nous parle d’amour inconditionnel, et qu’il éveille en nous de vagues souvenirs enfouis de notre puits d’amour ?...


© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr - mai 2009








Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...