L’hibiscus

Pardonnez-vous les bêtises et les défauts de votre entourage !

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Un exercice pour progresser et lâcher vos défauts : regarder (avec indulgence !) en vous ce qu’il en est des défauts des autres, et apprendre à vous aimer ainsi : imparfait(e). Les imperfections des autres qui nous dérangent font en effet partie de nos propres défauts, et l’autre nous tend simplement un miroir devant lequel nous débarbouiller !

Voici un très puissant exercice, qui peut vous aider à faire des pas de géant(e) sur votre chemin ! Alors 1, 2, 3 Soleil ! 10 pas de géant(e) !
Vous savez qu’il vous est tout à fait impossible de changer qui que ce soit, si ce n’est vous-même !! et que, de surcroît, lorsque vous vous transformez, tout vacille autour de vous ! vers du mieux !!!
Alors si vous voulez que votre entourage change, veillez à vous ouvrir et œuvrer à votre propre changement, et ça va donner !

Il y a quelques années, j’ai lu sur le Ouaibe, l’histoire d’un guérisseur d’Hawaï qui aurait vidé une salle d’aliéné(e)s criminel(le)s ! sans en avoir rencontré un(e). Juste en se concentrant sur leurs dossiers ! Les patient(e)s se calment et prennent doucement le chemin de la sortie.
Cette pratique hawaïenne est nommée Ho’oponopono. En quoi consiste-t-elle ? que fait donc ce guérisseur ?
Il lit les dossiers des patient(e)s attentivement, et se concentre sur ce qui, en lui, a pu créer leur violence ou leur criminalité. Oui, vous avez bien lu : en lui-même !
Les Bouddhistes disent cela de toujours ! « Si tu veux la paix dans le monde, fais la paix en toi ».
Ce thérapeute hawaïen met cette vérité en pratique directement. Penché sur un dossier, il fouille en lui, et dit simplement ces mots : « Pardonnez-moi » et « Je vous aime ».

Alors, si vous me suivez bien, vous devez déjà deviner où cette pratique peut nous mener !
Je n’ai pas l’intention de vous faire vider des salles d’asile !, non, juste de vous inciter à plonger en vous-même lorsque votre monde vous déplaît. Car, oui, vous êtes responsable de votre univers, de tout ce qui s’y déroule.
Je vous convie donc à changer votre propre monde : mon invitation concerne votre vie de tous les jours. !! et, bien sûr, cela influencera « le » Monde !



Je vous propose de pratiquer sur ce qui vous énerve chez les autres. Si vous remarquez une imperfection chez quelqu’un(e), mais qu’elle ne vous émeut pas plus que cela, pas de problème ! Cherchez un point qui vous irrite profondément. Vous avez sans doute déjà entendu dire que ce qui vous crispe chez autrui est un défaut, une attitude que vous portez en vous ! Eh oui ! C’est sur ces points-là que nous allons débuter ! Avant de commencer, je voudrais aussi vous souligner que ce qu’on admire vraiment, profondément chez autrui, nous le portons aussi en nous ! c’est la bonne nouvelle !! L’autre bonne, excellente nouvelle !! est que ce qui vous titille chez les autres, peut disparaître !! eh oui !

Or donc, pensez à quelqu’un(e) de votre entourage qui vous agace pro-di-gieu-se-ment ! Mettons une personne à qui vous laissez des messages, et qui ne vous rappelle jamais. Vous trouvez sans doute cela irrespectueux de sa part. Pensez en vous-même : M’arrive-t-il de ne pas répondre moi-même ? Si la réponse est Non, élargissez : Ou dans certains cas, ne suis-je pas moi-même irrespectueux/tueuse ? Si votre réponse est encore Non (vous êtes sûr(e) ?!!), revenez au centre : Même avec moi ? En général, cette dernière interrogation emporte le morceau ! Il est tant de façons de se manquer de respect ! Laisser traîner sa vaisselle, oublier de se raser, rester devant la télé ou l’ordinateur, manger n’importe quoi, ne pas s’aérer, ne pas s’autoriser à exprimer son point de vue, sa différence… etc. Vous aurez probablement votre propre liste originale et pourtant si classiquement conforme !

Prenons d’autres exemples. Vous en voulez à un(e) collègue d’être peu concentré(e) à son travail, regardez en vous-même si vous n’êtes pas, par moment, ou de façon fréquente !, un peu (ou beaucoup !) musette. Ou alors, peut-être auriez-vous, vous-même, terriblement envie d’être un peu plus décontracté(e) envers votre travail, et votre collègue vous présente à l’excès ! ce que vous vous interdisez d’être, même un tout petit peu !!
Vous reprochez à quelqu’un(e) de se mettre toujours en avant, est-ce parce que vous-même, ne pouvez pas, du coup, vous y mettre ? est-ce un de vos péchés mignons que d’occuper la place phare ? ou au contraire, vous êtes-vous tellement retenu(e) de peur d’être rabroué(e), que vous lui en voulez d’oser faire ce que vous vous interdisez ?
Vous jugez quelqu’un(e) de cruel(le). Alors, a priori, non, vous-même ne manifestez pas cette cruauté. Cependant, en cherchant bien, n’avez-vous pas parfois de méga colères intérieures ? des envies de foncer dans le tas ? Bien évidemment, vous, vous ne passez pas à l’acte !! enfin, j’espère !! vous avez juste un peu plus de retenue, mais la colère est bien là… Nous avons tous et toutes des zones d’ombre. L’admettre est, paradoxalement, un réel soulagement !
Pour en finir avec cet excès de colère, pour vous respecter davantage, pour gagner en confiance en vous, etc...pratiquez la méthode proposée ci-dessous, jusqu’au cœur de votre être…

Une fois que vous avez élucidé, en quoi l’autre ne fait que vous tendre un miroir, vous pouvez commencer un petit rituel, en 4 temps :
- Je suis désolé(e) de manquer à ce point de respect/ d’avoir encore une telle rage en moi.
- Pardonne-moi d’avoir encore en moi ce défaut, et ainsi de t’inciter à manifester dans le monde, un tel manque de respect/une telle hargne.
- Je t’aime et je m’aime avec/malgré ce manque de respect/cette colère monstrueuse.
- Je te remercie de m’avoir, par ton acte ou ton attitude, pointé cette faille en moi ! que je m’emploie à amender.

Comment faire pour amender ce point en vous ? Le troisième temps du rituel, le plus bouleversant, selon moi, vous permet cela ! Je m’aime avec ce besoin d’être sur le devant de la scène. C’est ici reconnaître votre humanité dans toute sa chatoyance de forces et faiblesses, de grandeurs et petitesses… C’est accueillir l’indulgence dans votre vie par rapport à votre imperfection !
Acceptez-vous avec cet irrespect, ce manque de constance au travail, ces envies de trucider (!) tel ou telle… reconnaissez en vous ces envies pas jolies jolies, apprenez à les aimer telles quelles, à vous aimer avec ces défauts, ces idées ou pulsions égoïstes - nous en avons tous et toutes - et tout doucettement, vous allez réaliser que, non refoulées, elles s’affadissent, et que vous gagnez en « bonne conduite » et sérénité !... et votre entourage alentour aussi, puisqu’il est votre miroir !
Pardonnez-vous donc les bêtises de votre entourage ! et votre environnement changera !
Car le plus fort, c’est que ça marche !!
Au plus, vous allez vous dépouiller de tout jugement négatif envers vos propres petitesses humaines, et donc celles des autres ! au plus, votre environnement va changer !

Il est parfois très difficile de trouver en quoi, ce que nous reprochons à l’autre, nous le portons en nous-même ! Nous avons une cécité assez déconcertante, concernant nos faiblesses, le coup bien connu de la paille et de la poutre ! Faites-vous aider par un(e) ami(e) bienveillant(e), un(e) thérapeute… Et puis, attendez-vous à toutes les découvertes ! Oui, de la jalousie, vous devez en avoir, comme tout le monde !! De la colère aussi, comme tout le monde ! Etc.
Rappelez-vous le conte du Douloup. Nous avons des forces contradictoires en nous, à nous de choisir lesquelles nourrir !! A nous d’être vigilant(e)s à nourrir les bonnes !!

Et, je vous en supplie ! ne profitez pas de ces introspections pour vous fustiger comme moins que rien !!! Félicitez-vous au contraire d’oser, malgré ce qu’il vous en coûte, fouiller vos côtés sombres ! et ne perdez pas de vue que c’est pour vous en délivrer !!! et délivrer le monde !

Attention, aussi à ne pas vous mentir et prétendre ne pas être agacé(e) par tel ou telle, juste pour ne pas avoir à fouiller en vous ! J’en connais qui sont capables de faire cela ! Une fois de plus, ne vous veuillez pas parfait(e). Surtout que vous l’êtes déjà, parfait(e)… à un point que vous ne pouvez imaginer ! Veillez simplement à vous dépouiller bravement jusqu’à mettre à jour cette perfection, cachée sous des voiles. Je l’aperçois déjà !!

Une autre parade que vous pourriez opposer à cette méthode serait la parade de la raison. Vous regardez en vous, distraitement, de loin, les résonances que pourraient avoir les défauts du voisin/de la voisine, et passez très rapidement dessus. C’est assez classique, de se brancher sur le seul intellect. Descendez bien profondément dans l’amour de vous avec ces résonances ! c’est cela qui est transformateur ! Ne passez pas trop vite !

Vous allez sans doute réaliser également qu’il est de nombreuses strates à nos faiblesses, puisqu’il est possible que le même plat vous soit servi encore et encore, avec des variantes de plus en plus subtiles, et fines… ! Rassurez-vous, vous allez aussi percevoir, très nettement, une véritable révolution intérieure ! et des progrès indéniables ! oui ! indéniables !!

C’est une voie puissante de changement à laquelle je vous invite ! 1, 2, 3 Soleil ! 100 pas de géant(e) !


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – novembre 2010

Je vous invite à lire deux autres textes qui parlent de reliance entre les humains et aussi de notre responsabilité.








Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…