L’hibiscus

Papillons du jardin des plantes dans le soleil couchant

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Au jardin des plantes de Lille, il est un merveilleux coin de pelouse sous des arbres si beaux si vastes ! C’est là que j’aime emmener les gens pique niquer, mais c’est aussi là que je vais, juste m’asseoir sur l’herbe, et profiter de cet environnement vert et des petites scènes de la vie…
Beaucoup de familles, beaucoup de mariages… (Un jour, nous en avons vu quatre ! sur deux heures de temps !!)… des enfants qui courent, qui tapent le ballon… des amoureux qui passent enlacés… des familles qui circulent de ce pas lent de sénateur en promenade, ajusté aux pas des plus petits…
C’est à la fois vivant, très animé, et d’une grande paix !
Bref, j’adore l’atmosphère de ce parc !

Au printemps dernier, je me suis installée pour une fin d’après midi.
Et j’ai rêvassé…

Et quel bonheur !!!
Il faisait très beau. L’ombre était douce…
Des papillons voletaient, de ces jolis aux couleurs brunes et orangées…
Et puis, soudain, ils m’ont prise pour une fleur !! Ils passaient en me frôlant, et c’est drôle, parce que je n’avais jamais remarqué combien un papillon pouvait être bruyant !!! et rapide ! J’entendais vraiment des vrombissements d’ailes ! Incroyable !
Ils étaient toute une nuée ! Leur ballet a duré tout le temps de ma flânerie sur l’herbe… Et ils passaient ! Vrmmm ! et repassaient ! Vrmmm ! et encore ! vrmmm ! et encore !! vrmmm ! et vrmmm ! et vrmmm !
Je n’ai pas eu une seconde à moi !!
Et je riais comme une gamine ! complètement éclaboussée de joie !

Je me disais bien que, peut-être, le spectacle de cette drôle de femme qui gloussait toute seule pouvait prêter à confusion ! que j’arrivais à un âge où je pouvais commencer à être cataloguée dans la rubrique « Vieilles folles ».
J’ai regardé autour de moi, prête à me « défendre » : C’est eux qu’ont commencé ! et écroulée de rire à l’idée de ma puérilité : c’est pas moi, Mdame ! c’est eux !!
Vieille folle ! vraiment !
Mais alors !… cela m’était… égal ! et vrmmm ! et vrmmm !

Ils avaient l’avantage du nombre !! ils arrivaient de tous côtés, et je me laissais surprendre avec jubilation !
Et puis, ils se sont enhardis ! et l’un d’abord, puis un autre, et encore un autre, sont venus se poser sur ma cuisse… Oh, j’avais à peine le temps de réaliser qu’ils étaient déjà repartis… Et puis sur mon épaule ! et puis sur un coin de peau nue !! trop drôle ! comme un jeu de T’y es !!
Voilà ! j’ai joué à T’y es avec une bande de papillons effrontés !
Grand bonheur ! pur bonheur !

© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr - oct 06








Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.