L’hibiscus

Où se niche l’amour ? : Coucou n° 205 du 18 octobre 2012

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Ne pas s’attacher aux résultats de nos réalisations. Nous ne sommes pas nos actions !
Voilà un pas sage !
Notre valeur n’est pas atteinte par un ratage !

Eh ! bonjour vous !

Comme nous nous attachons à l’impression produite sur autrui !
Il me souvient d’un jour, il y a fort longtemps, où, invitée chez un couple d’ami(e), nous avons frôlé l’incident diplomatique, parce que le plat principal n’était pas aussi savoureux qu’attendu.
La cuisinière était mortifiée de l’avoir loupé et rien ne pouvait apaiser son désarroi mâtiné de colère.
Je suis, je le confesse, une gourmande, et me réjouissais de goûter à sa spécialité. Je n’ai cependant pas une demi-seconde caressé l’idée de rompre tout lien avec elle pour cause d’affalement de soufflé !
Évidemment !
Son mari, non plus. Il était en amour avec sa femme. Pas avec ses plats mijotés. Tout aussi incontestablement !
Elle, néanmoins, était inconsolable.
Qui n’a jamais ressenti pareil désastre intérieur ?!
Comme si nous étions notre production !

Si de pareils sentiments vous empoisonnent, pensez à un être très cher, qui n’est pas un(e) as des fourneaux, ni un(e) roi/reine de la déco. L’appréciez-vous à l’aune de ses réalisations ? Ou pour qui il/elle est ?
Ma grand-mère tant chérie, par exemple, confectionnait de ses mains malhabiles des "tableaux" : elle glissait des feuilles ou fleurs cueillies dans la nature, entre un carton blanc et un verre, et consolidait le tout, de manière parfaitement irrégulière ! i.e. du mieux qu’elle pouvait (!) avec un ruban adhésif de couleur. Comme elle ne prenait pas soin de faire sécher sa récolte, les feuilles bavaient leurs derniers sucs, donnant un effet tout à fait intéressant, dirons-nous poliment... !
Or, pas une once de mon amour pour elle ne s’est émiettée devant ses productions ! Pas une !
Vous me suivez ?

Je vais plus loin. Car, jusqu’ici, je ne vous cause que de projets objectivement ratés.
... Encore que... ma grand-mère était très fière de ses horreurs !! De son point de vue, nous aurions pu avoir débat !
Pensez-vous que les grands-parents apprécient toujours la musique ou l’allure de leurs petits-enfants chéri(e)s ? Ils/elles n’en sont pas absolument enthousiastes, mais leur affection se love ailleurs, n’est-ce pas ?
Vous le sentez, non ? On peut avoir divergences de goûts et s’aimer d’amour infini ! à faire vibrer les étoiles !

A méditez. Où se niche l’amour ?
Résolument pas dans les soufflés !
Peut-être dans les étoiles ?!!

Passez une douce soirée ou une toute jolie journée !
Carole.



© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr - octobre 2012








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…