L’hibiscus

Mes coloc’ + notre part d’ombre : coucou n° 185 du 11 mai 2012

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Où il est question de territoires...
Nous avons tous et toutes en nous une part d’ombre. L’admettre en tranquillité et focaliser sur la part soleil, la part lumière, nous permet d’être serein(e).

Coucou vous ! Eh ! bonjour toi !

C’est drôlement vivant la campagne ! Faut défendre ses noisettes, ma parole !
L’autre jour, sur le ballon d’eau chaude dans ma salle de bains, une peluche vivante me regardait : un loir, absolument pas effarouché - passée la crise cardiaque qu’il a failli avoir (eh moi, donc !) après mon hurlement de peur et stupeur ! Me lorgnait droit dans les yeux, l’effronté !
Par ailleurs, j’ai quelques jolis parterres d’ortie dans le jardin. Je suis gourmande de soupes d’orties ! Mais bernique ! les limaces aussi ! Et elles sont plus rapides et plus nombreuses que moi ! Je déclare forfait ! et irai cueillir mes orties ailleurs, dans un champ non colonisé.
Par contre, lesdites limaces, aussi, avaient tendance à se prendre pour d’incontestables colocataires. Et, à elles aussi, j’ai dû montrer les crocs ! Ouste dehors ! Et bien, savez-vous que les limaces, tout comme les fourmis (vous vous souvenez que j’ai rencontré une dompteuse de fourmis, historiquement ?) obéissent aux injonctions humaines ?! En plus, avec les limaces, c’est assez impressionnant ! Vous voyez un hors-bord et son sillage dans l’eau quand il fait demi-tour ? et bien, à vitesse archi-réduite - nous sommes d’accord ! -, les limaces, c’est pareil ! elles laissent le même sillage sur le carrelage !
Et elles semblent se passer le mot ! il n’y a guère que quelques rebelles qui tentent une intrusion en vue d’un squatt...
Bah ! bah ! bah ! que d’aventures !!
Éclat de rire : j’en imagine certain(e)s parmi vous, en train d’espérer une confrontation avec une horde de limaces, ou meute de fourmis, pour tester leurs talents, et ma foi, je dois avouer que ça m’amuse ! Vous me direz ?

Je vous offre un bout de discussion avec l’une d’entre vous. Appelons-la "petite mademoiselle". Je suis certaine que mon texte ne concerne pas que cette petite mademoiselle-là. Vous pariez ?
Cette petite mademoiselle m’expliquait que, ces derniers temps, sa "névrose" avait pris le dessus, qu’elle s’était transformée en harpie avec son amoureux chéri, le poussant à bout, l’incitant à partir, et que, de surcroît, elle procrastinait sur un travail à rendre, se culpabilisant, dans sa lucidité, d’être une furie, et... d’être paralysée...
Voici ma réponse :
"Mazette ! Ébroue-toi, petite mademoiselle, comme un chiot après le bain !
Évidemment, ça a drôlement brassé récemment, et beaucoup ont visité leurs fonds de névroses ! Pour autant, tu n’es pas que cela, petite mademoiselle. Du tout. Tu es aussi la chanteuse, la danseuse, l’amoureuse... etc. Tu as juste focalisé sur cette autre toi, un peu furie, lui donnant ainsi le devant de la scène. Considère cette indésirable part de toi, comme... une part de toi. Et admettant sa présence, nourris les autres parts. Tu verras, à la prochaine alerte, si tu as en tête que tu n’es pas que cette mégère, tu accueilleras complètement différemment son intrusion, et lui laissera beaucoup moins de temps et de place !
Je te renvoie au conte du douloup"
.

Bien sûr que nous sommes tou(te)s des fous/folles furieux/ses. Parfois...
Mais pas que ! Ouf !

Le beau temps semble pointer le bout de son nez ! ça va éclaircir les idées !
Jolie fin de semaine à vous !
Carole.



© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr - mai 2012


Sur le sujet, je vous invite à lire le texte Visitez vos zones d’ombre : vers la paix du coeur.








Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...