L’hibiscus

Les grands-parents + Coeur rabougri : Coucou n° 211 du 6 décembre 2012

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Les grands-parents ne sont pas toujours affectueux/ses, ou tendres.
Certain(e)s ont le coeur rabougri !

Que pouvons-nous faire pour ne pas mourir recroquevillé(e)s sur notre coeur rabougri ?

Bonsoir !
Quelques coucous plus haut, je parlais de l’amour des grands-parents, et j’ai été rappelée à l’ordre par une lectrice. Non, les grands-parents ne laissent pas toujours fondre leur coeur ! On peut vieillir, on peut mourir, en gardant le coeur fermé, férocement cramponné(e) à des principes, imperméable au rire des enfants. C’est tout à fait possible !
Mon interlocutrice a malheureusement écopé de deux de ces grises mines : ses grands-parents ne manifestaient aucune affection, aucune. S’abstenaient juste de la cingler de remarques acerbes lorsqu’elle était enfin conforme à leurs attentes : propre, sage, polie, lisse, sans débordement... éteinte !
Alors, elle a eu parfaitement raison de me reprendre !
En général, ou la plupart du temps, aurais-je dû préciser.
Oui, il est parfaitement exact qu’il existe des personnes âgées qui jamais ne désarment. Et restent recroquevillées sur leur petit trésor, un pauvre coeur, rabougri de n’avoir jamais servi.
Pauvres, pauvres !
Que de souffrances accumulées, sans doute, pour ne pas se laisser dégeler, jamais ! même quand l’horizon est de plus en plus borné, l’échéance plus que jamais annoncée.

Bon. Que pouvons nous faire pour réchauffer nos p’tits coeurs ?
Pas besoin d’attendre de grandir en âge, d’ailleurs. Dès aujourd’hui ! Oui, là tout de suite ! présentement là !
Accepter de recevoir l’amour ! Apprendre à le manifester.
Oh, ne faites pas les fortiches ! Je suis certaine que vous pouvez encore mieux faire ! Non ?
Savez-vous, par exemple, recevoir un cadeau ? savez-vous demander de l’aide ? savez-vous dire je t’aime ? savez-vous toucher l’autre, celui ou celle qui vous touche, je veux dire, prendre par l’épaule, par la main, ou serrer contre vous, la personne qui vous émeut ? pour la consoler, lui manifester votre présence, votre attachement ?
Pas toujours facile, n’est-ce pas ? Personnellement, j’en suis, sinon aux petites classes, du moins en classe de rattrapage ! oui oui ! c’est sûr ! Et je m’applique pourtant !
Et vous ?

Douce soirée ! belle journée !
Carole.



© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr - décembre 2012








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...