L’hibiscus

Les colères illicites : Papa, Maman ! Que je vous veux du mal !

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Il est une colère qui nous bouffe littéralement, et que, trop souvent, nous muselons, car elle est tout bonnement irrecevable, illicite. Il s’agit de la colère contre nos parents.
Quel dommage, car elle détruit en nous de nombreuses racines de joie, et nous pousse à cultiver de sombres ressentiments qui pètent mal à propos...
Etes-vous satisfait(e) de votre vie ? Vous sentez-vous le cœur toujours joyeux ?...
Si pas, cet article est peut-être une planche de salut !

Dans notre culture, la colère contre des parents est tue, minimisée, enfouie... Quand le sujet déboule, au hasard d’un cheminement, la plupart des aidant(e)s (thérapeutes, médecins, et psys de toutes obédiences...) va même vous pousser à passer assez vite... Et pourtant...

Je pose tout de suite, que je ne jette la pierre à personne. Pas même à vos parents. Quand ils/elles viennent me voir, ils/elles suscitent en moi, immanquablement, une profonde tendresse pour leur désarroi, leur faiblesse de petit bout d’humain(e).
Je ne prône jamais l’irrespect envers vos parents, non. Mais juste de les mettre à leur place d’humain(e)s faillibles, pétri(e)s elles-mêmes/eux-mêmes de leur propre éducation/idées reçues, etc...
Tous mes livres sont là pour vous réconcilier au contraire, celui sur l’enfance mais aussi Pardonner. Et par exemple, ce texte sur les conflits entre parents et enfants adultes a déjà apaisé de très nombreuses personnes...
Je suis résolument pour la paix et l’amour dans les familles. Et tout mon travail est là pour y contribuer...

Cependant, ce que je voudrais vous pointer aujourd’hui, c’est que cette colère vous mine plus que sérieusement, et qu’elle atteint tous les domaines de votre vie, même ceux qui en semblent le plus éloignés.
Et, avant de nous pencher sur vos parents, il me semble qu’un regard bienveillant sur vous, vous et cette abominable colère, est un préalable important. Vous méritez toute la compassion, oui, vous d’abord !

Il est normal d’avoir de la colère contre ses parents, même les plus aimant(e)s d’entre eux/elles. Jusqu’alors, l’éducation pouvait assez facilement être assimilée à une sorte de dressage. Et en tout cas, le respect envers les enfants peut sans souci être revu à la hausse !
Des exemples d’irrespect au quotidien ?
Je demande toujours aux parents ayant des problèmes d’autorité, s’ils/elles s’adressent à leurs enfants comme ils/elles s’adresseraient à moi. Mets la table ! ou Quand tu seras prêt(e), voudras-tu mettre la table, s’il te plaît, je souhaiterais manger dans un quart d’heure... Aucune réponse positive à ce jour ! il y a du boulot !!
Et autres exemples, que me diriez-vous si je voulais à tout prix acheter le chien dans la vitrine ? Ah et pourquoi ? C’est vrai qu’il est trognon ! ou changer d’habit trois fois par jour ? Tiens elle est coquette, Carole !?
Comprenez-vous que ce n’est pas ainsi que l’on traite les demandes des enfants, et il est peu probable, même dans le meilleur des cas, que l’on vous ait vraiment écouté(e).

Dans notre culture, la colère que nous pouvons légitimement ressentir envers nos parents n’est malheureusement pas recevable. Et ce, même si vos parents ont été des adultes immatures... on va avoir du mal à considérer votre colère comme acceptable.
Or mes exemples tendent à vous prouver que même avec des adultes tout à fait ordinaires (hum ! l’est-on jamais, "ordinaire" ?!), vous n’avez pas vraiment grandi dans un terreau de confiance en vous, de respect de vous... Imaginez simplement que vous soyez spectateur/trice d’une scène au cours de laquelle un(e) adulte se verrait intimer un ordre aussi frustre que : Mets la table, vous seriez choqué(e), non ? Enfin, je l’espère ?!! Pour les enfants, c’est malheureusement monnaie courante et on n’y prête même pas cas !

Légitime colère ! Et pourtant, tout à fait tacitement condamnée dans notre société.
Tout un interdit culturel et religieux, comme un tabou !
Mais... à ne pas entendre, voire accepter, votre colère contre vos adultes, vous la laissez faire une vilaine et sournoise casse intérieure... En séance, j’ai senti une vieille gamine de 50 ans se rebiffer parce que je lui disais que sa mère était une vraie chipie tout à fait irrespectueuse... En y réfléchissant bien, elle m’avoue qu’elle ne laisserait personne d’autre avoir ce type de comportement à son égard. J’ai vu un enfant de quelques 5/6 ans s’épanouir : C’est le plus beau jour de ma vie parce que je lui affirmais : C’est normal que tu sois en colère contre ta mère ! Elle ne mérite pas ta colère, parce qu’elle fait de son mieux, mais c’est normal d’en ressentir...

Ces colères enfouies, ces colères refoulées, se retournent contre soi, et c’est alors du non-respect de soi-même dans les grandes et petites largeurs, voire de l’autodestruction... je ne vous fais pas de dessin...
Ou se révèlent dans des situations tout à fait surprenantes (en apparence) et, en particulier, sur n’importe quelle figure d’autorité : un patron, une cheffe, un(e) élu(e)...
Anthony de Mello raconte dans son Histoires d’humour et de sagesse que Saadi de Shiraj avait coutume de dire : "Personne n’a appris de moi l’art de tirer à l’arc qui n’ait pas, au bout du compte, fait de moi sa cible."
Tiens ! Tiens !
Mais on trouve trace aussi, hélas, de cette colère, dans les couples, où se rejouent les espoirs d’amour inconditionnel, et où la moindre incartade nous fait craindre le pire, en commençant par l’irrespect...

Cette colère va vous pousser soit à piquer des rognes effroyables sur des supérieur(e)s hiérarchiques, soit au contraire, à supporter d’eux/elles, beaucoup plus que vous ne devriez... Parce que se rebeller contre une personne au poste de commande, c’est accepter que le commandement ne mette pas à l’abri des erreurs ! Et implicitement, soulever la question du bien-fondé de l’attitude de vos parents à votre égard... Et aussi, parce que vous avez tellement besoin de l’approbation pleine et entière qui vous a fait défaut enfant, d’être une bonne fille/un bon gars... tellement besoin de pouvoir placer un(e) adulte de référence sur un piédestal...

Allez, regardez honnêtement autour de vous, en vous ?
Avez-vous un(e) directeur/trice dans le collimateur ? Est-ce trop souvent votre cas ? Montez-vous toujours sur vos grands chevaux ? Êtes-vous connu(e) comme particulièrement irascible ?
Acceptez-vous que l’on vous fasse de l’ombre ? Pliez vous votre honneur un peu trop facilement devant l’humiliation, l’affront ou l’injustice ? Ou tournez les talons, en prétendant : Même pas grave ?
Cela mérite peut-être d’aller fouiller un peu...


© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr – mars 2016

Pour aller plus loin, lisez (voire relisez !) mon livre Elevons-nous : de l’enfance bien sûr...
Voyez également comment il est aisé de créer des amalgames et un punching ball
Revisitez aussi Mes mal-aimé(e)s...








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...