L’hibiscus

La colère : trait de caractère ?

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

La colère ferait partie du caractère, et donc serait inéluctable. Rien n’est moins sûr ! Oui, on peut gérer sa colère ! oui, on peut même s’en débarrasser de cette colère. Non, on n’est pas colérique à vie !
Les accès de colère ne sont que des voiles issus de nos blessures qui nous séparent de notre vraie nature : sereine et joyeuse.

Un homme, portant beau son âge, vient me consulter : « Cela fait 80 ans que je suis colérique, je veux me débarrasser de ça…
— Quelle bonne idée ! Cependant, je dois vous dire que si je peux, effectivement, vous aider, le vrai travail, c’est à vous de le faire ».

Il bougonne pendant toute la séance, commence même à s’emporter en soliloquant sur la politique… Je reste silencieuse, me gardant bien de lui donner la réplique.
Puis, je place quelques unes de mes histoires de sagesse. « Si tu comprends, les choses sont comme elles sont, si tu ne comprends pas les choses sont comme elles sont » que je traduis sur-le-champ pour lui : « Si tu t’énerves, les choses sont comme elles sont, … »
Inutile donc de jeter ses pantoufles sur la télé ! le monde ne changera pas pour autant !
Je lui parle de ma propre expérience : je me sens plus utile à désarmer de vieux bougons (sic !) qu’à râler sur le monde ! ce que je faisais moi-même, plus souvent qu’à mon tour, par le passé !!

Nous nous quittons là. Je le sens bien, un peu interloqué. La semaine suivante, il me dit : « Incroyable, j’ai réussi à éteindre la télé au lieu de m’énerver tout seul dessus ! »
Et il me raconte une très jolie histoire : une dame a réussi à casser net une de ses prodigieuses colères, juste en lui disant : « Mais ne vous énervez donc pas : regardez, il fait beau ! ».

La fois suivante, il n’avait même plus eu une velléité d’agacement.
Il est revenu me voir, un an après. Il avait commencé à repérer, de nouveau, des petits signes d’irritabilité, et n’avait surtout pas envie que ses emportements du temps jadis le reprennent.
Nous y avons travaillé...
Cet homme est devenu sage. Il cultive avec brio, le non-vouloir. Je lui ai même dit qu’il pourrait enseigner aux autres le lâcher-prise, tant il a de sagesse et de calme en lui.

Cette histoire pour souligner que ce que d’aucuns stigmatisent comme étant des traits de la personnalité, ne sont, en réalité, rien d’autre que l’expression de vieux bobos. Que lorsqu’on arrive à mettre une personne en contact avec son vrai Soi, alors tombent les colères, disparaissent les peurs, s’atténuent les angoisses…

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – mars 2007

Voir aussi toute la rubrique sur la colère.








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.