L’hibiscus

La valeur de la vie + Dictature du bonheur : Coucou n° 329 du 25 octobre 2015

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Coucou vous,
une information me trotte depuis un moment, glanée dans je ne sais plus quelle interview :
il y aurait beaucoup moins de suicides en temps de guerre.
Cela laisse à réfléchir, non ?

Comment prenez-vous la nouvelle ?
Je me demande si nous aurions davantage d’attentes sur ce que devrait être notre vie lorsque le monde est calme ?
Ou, la guerre - comme la maladie ou la mort d’un(e) proche - nous pousse à apprécier notre vie dans ses plus infimes manifestations ?
Ou les deux ?
Voilà qui pousse à l’urgence de vivre, non ?

J’ai aussi envie de vous souligner un autre point de réflexion à ce propos.
Je connais des personnes qui se culpabilsent de ne pas être heureuses, alors que d’autres, plus loin, subissent des horreurs et vivent dans la peur.
Alors, elles s’obligent (sic) à être heureuses... pensez ! leur sort est tellement enviable !
Oui, sauf que c’est faire fi des chagrins et des aléas d’une vie, disons, ordinaire ! sauf qu’il n’existe pas de hiérarchie de chagrins. On a le droit, oui, de pleurer son chat, et jouer les fortiches est toujours une idée incongrue !
Se tancer, se houspiller de "il faut" et" tu dois", agrémentés de "tu n’as pas honte ?" est la dernière voie vers le bonheur.
La dictature du bonheur est juste... contre-productive de bonheur.
Acceptez-vous où vous en êtes, avec un oeil attentif, tout de même, sur les souffles de votre vie, afin de ne pas les rater...
Et autorisez-vous aussi à être grincheux/ses sans raison !
Plus vite, vous accepterez de ne pas être à la hauteur de l’image que vous devriez/voudriez présenter au monde, plus vite, vous gagnerez en vitalité !

Une tourterelle m’a guignée pendant toute l’écriture de ce coucou, juchée, tête inclinée vers moi, sur la branche du cerisier. Elle s’est même enhardie à venir, par trois fois, au carreau, voir si elle pouvait m’ailer (comme on dirait m’épauler !)

Très légère fin de dimanche à vous !
Carole.


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr - octobre 15








Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.

 

Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.