L’hibiscus

La tête à l’envers ! + C’est mon choix ! : Coucou n° 295 du 10 décembre 2014

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Quelle place dooner au passé, à l’expérience ?
Quelle responsabilité assumons-nous dans notre façon d’accueillir la vie ?

Coucou vous !
j’espère que vous allez bien, avec cet hiver qui approche à pas de sot ! (traduisez : sans détermination, un pas en avant, trois pas en arrière !)...

Je dois, depuis un moment, partager une idée qui m’a bousculée !
Solenn Bardet qui a co-réalisé, avec les Himbas !, le savoureux film Les Himbas font leur cinéma, rapporte que pour ce peuple, le passé est devant nous ! et non pas derrière, comme nous nous plaisons à l’imaginer. Rien de plus simple à comprendre : le passé, vous pouvez le relater, le considérer, le décrire... Or ce qui est dans votre dos vous est caché, n’est-ce pas ?
Voilà peut-être pourquoi, nous autres, trébuchons dans nos vies parfois ! Nous ne regardons pas dans la bonne direction pour profiter de nos expériences !

Je ne peux manquer de vous rapporter ici le dit de Confucius :
L’expérience est une lanterne que l’on porte accrochée dans le dos et qui n’éclaire que le chemin parcouru !
Ah bon ?!

J’ai la tête à l’envers, pas vous ?
J’aime bien, ceci étant. Je trouve cela stimulant !
J’en conclus qu’il vaut mieux regarder devant soi ! résolument !

C’est un autre sujet, et c’est le même sujet !
J’avais un jour prêté un livre à une connaissance. Qui le temps passant ne me le rendait pas.
Au bout d’un moment, passablement agacée, je lui ai lancé : Je te l’offre !
Cela devenait mon propre choix.
Et j’ai avancé...
Je crois que, souvent, nous pouvons choisir d’adhérer à ce que la vie nous propose, et redevenir ainsi acteur/actrice, et non plus subir...



Et pour finir sur une note drolatique : je cuisinais récemment quand j’entends une des dernières mouches de la saison se fracasser dans mon évier. Je regarde : la voilà les quatre fers en l’air ! (J’adore cette expression. Surtout pour une mouche, elle ne manque pas de piquant !)
Sur le dos, dans la plus parfaite immobilité ! feue la mouche !
Je poursuis ma préparation culinaire, pensant voler (sic) au secours de l’accidentée après avoir enfourné.
Vlà t’il pas que, sur ces entrefaites, cette délurée ressuscite ! et repart dans un vrombissement fanfaron !
Un vrai sketch !


Que la soirée vous soit douce ! Prenez soin de mettre de la quiétude dans votre vie ! c’est la saison !
Carole.

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – décembre 2014








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…