L’hibiscus

La nage du chien + l’amour du travail : Coucou n ° 170 du 18 janvier 2012

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Apprendre à barboter gaiement dans la vie, après s’être lancé(e) à l’eau !

L’amour du travail bien fait est un très puissant moteur.Nous y sommes tous et toutes sensibles.

Mais oui, bien sûr ! vous savez bien ! un jeune chien qui patauge, qui éclabousse tout ! qui piaille ! qui rit... à en boire la tasse ! et rit de plus belle ! et couine de plaisir ! et barbote et barbote !
et tourne sur lui-même, et apprécie ses ronds dans l’eau à leur juste valeur... et repart à tout éclabousser !

Bonjour vous !
j’ai voulu vous donner ci-dessus, comme une entrée en scène de théâtre où les paroles s’entendent dans les coulisses, avant que n’apparaissent les comédien(ne)s !
Me voilà ! Et bien évidemment, vous l’aurez compris, je répondais à vos questions, suite au dernier coucou : Et comment on fait, Carole, après avoir sauté à l’eau ?

Deux scènes pour dire la puissance de motivation du travail bien fait.
La première se déroule en Belgique. Je bois un thé après avoir battu les bois, il fait froid, et j’ai besoin de la tasse chaude entre les mains. En arrière-fond, j’entends la serveuse récriminer contre son patron. Une autre jeune lui donne la réplique. Et les commentaires acerbes vont bon train ! De l’acide, à n’en pas douter !
Le lendemain matin, à l’aube blême, avant de repartir courir la forêt, je m’offre un café bien serré.
La serveuse est seule, elle a une petite mine chiffonnée.
Le café est succulent. Je lui en fais compliment. Et... transformation radicale ! elle s’ouvre comme une fleur, son visage fleurit, oui, s’anime, rosit de plaisir !
Elle est éperdue de remerciements !
Je suis sidérée du changement. Eh oui, cette jeune, hier vipérine, a la fierté du travail bien fait.

Quelques semaines plus tard, un jeune, ami de la famille, se plaint devant moi, d’avoir bêché une parcelle du jardin, pour rien ! Ses parents n’en ont rien fait ! rien semé.
- Mais tu as été rémunéré !
- Oui, mais j’ai travaillé pour rien !

Ce qui peut sembler à première vue contradictoire. Mais ne l’est finalement pas !
Quel incroyable moteur se trouve là ! Le monde pourrait changer si l’on prenait cela en compte ! Le travail bien fait, le travail utile, la belle ouvrage !
Une valeur artisanale profonde !

Je vous souhaite une très belle soirée !
Ou... une belle journée !
Carole.



© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr - janvier 2012

Sur le thème de la motivation au travail, lisez également les trois cantonniers.








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...