L’hibiscus

La mort, cette insouciante

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

La mort n’a pas de logique. Il serait temps d’engrammer sa présence à nos côtés. Toujours. Mais pas à jamais !
De l’accueillir comme une invitée permanente.

Dans notre culture, nous n’abordons pas assez le sujet de la mort, et sommes toujours désarçonné(e)s quand elle survient.
Même après une longue maladie, nous pouvons ne pas être prêt(e).
Il me semble important de parler de la mort, d’y réfléchir, d’en prendre conscience.
Chez les Amérindien(ne)s, - ne me demandez pas quel peuple précisément, je l’ai oublié - la mort est perçue comme un ange perché sur l’épaule gauche de tout individu. Une accompagnatrice si intime qu’on ne peut l’oublier, ni même la craindre... Une familière !
Chez nous, depuis quelques décennies, nous la cachons, la taisons, faisons semblant (et arrivons même à nous en persuader !) d’être invulnérables ! et nous figurons, puérilement, que nos proches aussi le sont.
Il me semble qu’aborder son omni-présence peut nous aider à l’apprivoiser un tant soit peu...

La mort ne respecte rien, elle frappe avec désinvolture les riches, les pauvres, les jeunes, les vieux/vieilles, les gentils/les, les affreux/ses...
Elle est comme insouciante des dommages créés autour d’elle. Une personne très aimée va mourir aussi bien qu’un(e) grand(e) solitaire.
Nous ne pouvons garder nos aimé(e)s si elle a décidé que l’heure était arrivée. Et sa décision n’a pas de bon sens.

Alors ?

Alors, rien.
Si ce n’est aimer très très fort nos proches, tant que nous avons encore le privilège de les avoir en vie. Chaque matin nouveau est un cadeau. Gratitude. Emerveillement.
Aimer très très fort la vie tant que la mort n’a pas décidé de s’intéresser à nous.

Car la mort, cette incohérente, cette fantasque insouciante, nous apporte quand même un cadeau : Elle nous rappelle à l’urgence de vivre !

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – février 15








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…