L’hibiscus

L’homme qui n’avait pas de chance (conte)

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Un malchanceux parcourt les routes à la rencontre de Dieu afin de lui demander assistance...

Un homme se trouvait vraiment trop malchanceux. Il s’en va trouver Dieu afin d’obtenir explications, et conseils.
Sur le chemin, il rencontre un tigre, malade et affaibli. La bête l’implore, puisqu’il est en route pour aller voir Dieu, d’interroger ce dernier sur les raisons de sa maladie, et ma foi, de lui demander s’il n’a pas quelque remède à prescrire.
Pas de problème, dit le Malchanceux. Qui poursuit son chemin…
Peu après, il croise un vieil homme. Ce dernier lui confie son problème : il a une fille dont la beauté défie toute imagination ! mais si triste ! si triste… qu’elle se laisse mourir…
Peux-tu prier Dieu de me recommander ce que je peux faire pour que ma fille aille mieux, et reprenne goût à la vie, retrouve sa joie ?
D’accord, répond le Malchanceux qui continue sa route.
Sur le chemin, il aperçoit un arbre dont le tronc est en train de pourrir.
Oh, comme tu vas rencontrer Dieu, peux-tu l’interroger pour moi ? Comment retrouver mes forces, et sentir de nouveau le vent dans mes feuilles ?
Bien sûr, accorde le Malchanceux. Et il reprend son chemin.
Le voilà, enfin, arrivé chez Dieu.
Celui-ci le rassure :
Rentre chez toi, ta chance t’attend !
Et pour les autres ?, questionne le Malchanceux. Dieu lui répond :
Rentre par le même chemin. A l’arbre, tu apprendras qu’il a un trésor sous ses racines, au vieil homme, tu conseilleras de marier sa fille, et à la bête, suggère-lui de manger le 1er homme idiot qu’elle rencontrera.
Ça sera fait ! Merci, mon Dieu, remercie le malchanceux.
Il rapporte à l’arbre les paroles de Dieu.
Oh, peux-tu, s’il te plait, creuser pour me l’ôter. Tu emporteras le trésor, et moi, je serais délivré !!
Non, non, je n’ai pas le temps ! Désolé, mais ma chance m’attend chez moi !
Et il poursuit sa route, jusque chez le vieil homme :
Marie ta fille, c’est ce que Dieu t’enjoint de faire.
Oh, veux-tu être son mari ? Ma fille est très belle, tu seras heureux.
Non, non, je n’ai pas le temps. Je rentre vite chez moi, car ma chance m’y attend !
Il continue en toute hâte son chemin, retrouve le tigre qu’il informe de la prescription de Dieu :
Tu dois manger le premier idiot que tu repères.
Alors, la bête lui saute dessus et le dévore !!
Le nez sur nos malheurs, braqué(e) sur la façon de les résoudre, nous oublions de regarder autour de nous, comme la chance nous sourit.
Tout est là.


J’ai mis en mots pour vous ce conte qui m’a été transmis.



© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – mars 2011


Sur le même sujet, de l’entêtement dans une voie que nous décidons devoir comme ci ou comme ça, voir aussi les secours divins !
Et n’oubliez pas de vous décréter à l’opposé d’un(e) paranoïaque !








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.