L’hibiscus

L’amour de soi : Indispensable !

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Avoir de l’amour pour soi est une condition sine qua non au bonheur !
Et pas du tout, comme on voudrait nous le faire croire, une marque d’épouvantable égoïsme...

Quand une fleur s’épanouit…

En Feng Shui, un des conseils que je donne à tout le monde, tout le monde ! est de mettre une intention dans le coin Amours pour l’amour de soi. Très peu le font.
Dans notre culture, s’aimer soi-même est mal considéré.
Comme si c’était honteux !
Or, c’est la clé de l’épanouissement et de la réussite !

Il y a quelques années, j’avais proposé à toutes les personnes que j’avais formées en ateliers Feng Shui, une soirée au cours de laquelle je répondais à toutes ( !) les questions subsidiaires !
Un tour de table permit de noter que, pour tous et toutes, l’atelier de formation avait été le départ d’une série de coups de pouce dans tous les domaines ! Nouveau travail, nouvelles relations, nouveau respect de soi, embellie financière… petits ou grands miracles au quotidien. Et cela avait duré quelques mois. Puis pouf ! ça s’était calmé ! la magie post-atelier avait cessé d’opérer…
Sauf pour deux personnes ! dont la vie continuait d’être une source d’émerveillement ravi ! les clins d’œil de l’univers pleuvaient toujours dans leur quotidien ! les enchantements se multipliaient !... leurs visages reflétaient d’ailleurs un bel épanouissement joyeux !
Et quand j’ai sournoisement demandé qui avait mis une intention dans son coin Amours pour l’amour de soi… évidemment, deux doigts se sont levés... Ces deux-là !!

Il est primordial de commencer par s’aimer soi-même. Ce qui devrait être honteux, c’est de se maltraiter ainsi que le font la plupart des personnes que je rencontre !

Tant de personnes sont prêtes à défendre avec fougue les incartades de leurs proches, de leurs enfants, leur trouvant des excuses, atténuant leurs responsabilités… Mais, dès qu’il s’agit d’elles-mêmes, au moindre écart dans ce qu’elles considèrent comme leur ligne de morale, (cette ligne de morale est haute, très ! quasi inaccessible), elles sombrent dans un profond désespoir, se culpabilisant de n’être pas à la hauteur ! de leurs propres ambitions…
Aucune once de complaisance pour elles-mêmes ! le monde entier bénéficie d’une mansuétude incommensurable, mais à leur propre encontre, il y a une réelle rigidité ! une sévérité inouïe !
Elles se fustigent, s’imposent des pénitences (parfois à leur insu !), se recroquevillent sur leur « nullité »…
Et évidemment, elles aggravent leur cas !
Quand on se sent archi-nul(le), qu’on avance le dos courbé, le monde ne vous rend rien de bon. Votre énergie ne peut attirer les fantaisies jubilatoires de la vie !
Je ne peux que vous inviter à l’indulgence à votre égard. Traitez-vous avec la même tendresse que celle que vous avez pour les autres. Avec la même bonté. La même bienveillance…

Car, quand on commence à s’aimer, le monde rayonne autour de nous.
Tout est éclaboussé par cet amour !
Il y a quelques mois, j’ai communiqué à mes fichiers « doudoux » la joie où m’avait plongée la métamorphose d’une amie :

Quand une fleur s’épanouit le monde entier se révèle dit Zerin Kushu
Aujourd’hui une amie m’a ravie !!
Une de mes amies vient d’opérer une mutation foudroyante : elle qui était la plus catho de tous mes amis vient de se tourner résolument vers le Bouddhisme !?! Elle a pris de nombreuses décisions radicales dans sa vie et… elle a même décidé de se couper les cheveux !!
En dix jours de temps !!
Je n’en sais pas plus ! (Pour le moment !) mais ça me met en joie !
Je ne sais pas ce qui se passe au niveau de sa foi !?! Je suis quand même soufflée ! Moi qui suis une femme sans église, et qui s’abreuve à de nombreuses sources dont celles de la sagesse orientale, je ne peux réprouver un (dé ?)tour vers le Bouddhisme… mais quand même !!
Et ce que je trouve remarquable, ce ne sont pas tant ses choix, (que je ne juge pas. Je lui fais confiance.) que la vitalité qui les accompagne ! car mon amie veut vivre ! cela se sent ! tout l’air en vibre jusque moi !
Se couper les cheveux !?! comme ses choix spirituels, mais c’est une révolution !
Et cet élan me ravit ! je riais toute seule ce matin ! j’avais de la jubilation en moi ! ça pétillait ! c’était gai ! c’était vif ! c’était vivant !!!
Merci !
merci !!
merci !!!

Surtout surtout ne réfrénez jamais vos fougues !
Pensez à ma joie ! Vous avez déjà tous déjà croisé quelqu’un d’épanoui, riant aux corneilles ! et sans même connaitre la personne, sa joie vous a fait sourire, au moins jusqu’au coin de la rue suivante ? non !? Le bonheur est contagieux ! et c’est indéniablement ce que chacun(e) peut apporter de mieux au monde !!
Il est bien vrai que nous devons penser au bonheur d’autrui ; mais on ne dit pas assez que ce que nous pouvons faire de mieux pour ceux qui nous aiment, c’est encore d’être heureux. dit Alain dans ses Propos sur le Bonheur.

PS : ne vous sentez pas obligé(e) de vous couper les cheveux !!! D’ailleurs mon amie était très séduisante, déjà, avec ses longs cheveux !
Juste : Que pourriez-vous faire aujourd’hui pour mettre un peu de magie dans votre vie ? comme vous interpellerait Eric Pigani.

Il n’est absolument pas égocentrique de s’élancer vers son propre bonheur. Quand vous êtes vivant(e) de bonheur, vous êtes vrai(e) et le monde se réjouit !
Vous pouvez alors aimer les autres de façon complètement désintéressée. Sans chercher de retour.
La confiance que l’on peut avoir en soi, l’amour que l’on se porte, permettent de donner vraiment.
Qu’aurais-je besoin de chercher une autorisation, une validation extérieure, si je suis en profond accord avec moi. Plus de fuite éperdue, et vaine !, vers un(e) autre qui donnerait enfin cet amour fou auquel on aspire, cet amour sans condition, sans réserve… celui qu’on peut rapprocher de l’amour maternel (quand il est là – ce qui n’est malheureusement pas le cas pour tous les enfants). Cet amour que, selon les mystiques, on trouve en soi, quand on se prend à chercher enfin Dieu ou Bouddha à l’intérieur de soi…
Mais c’est une autre histoire…
Et sans parler d’éveil, on peut déjà s’approcher d’une certaine « auto-suffisance d’amour » qui nous évite de tricoter des souffrances amoureuses ou amicales, à chercher maladivement dehors.
Vous avez tous et toutes déjà rencontré, ou vu à la télé, des personnes rayonnantes, au regard chaleureux, aux gestes attentionnés, à la présence juste… n’est-ce pas ?
Ces personnes-là vous ont-elles semblé dans le refus d’elles-mêmes ? non bien sûr ! Au contraire ! Elles sont à l’aise avec elles-mêmes, comme avec les autres…
Et vous le savez bien !

Alors comment faire pour s’aimer ? pour s’aimer mieux, pour s’aimer encore mieux ! Je ne connais pas grand monde qui ait atteint un bon niveau à cet égard. Tout au plus une belle tolérance…
Nous sommes toujours en route !

©Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – mai 08

Lisez aussi Et tant pis pour la perfection ! et Mon ego, mon chéri
Et encore le très joli conte du Jardin du roi.
Et, sur un exemple, je vous démontre, en vidéo, comment progresser dans l’amour de soi...








Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…