L’hibiscus

Je suis un petit roquet ! ou les Pierrot(e)s : Coucou n° 396 du 16 décembre 2017

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Coucou vous !
Vous me faites rire... avec votre soif d’absolu ! - allez, admettez que vous aimeriez être parfait(e) !
Remarquez bien, j’en suis EXACTEMENT là ! Mais... je me soigne ! et du coup, je vais drôlement mieux !
Je vous suggère, une fois de plus, de tout lâcher, vous aussi !D’accepter enfin - si ce n’est déjà fait - d’être pimbêche (ça se dit un pimbêche ? pas sûr ! et pourtant !...), étourdi(e), chipie (un chipie ???!), petit roquet (eh eh ! petite roquette ?! comme la salade, bien sûr ! un bon brin amère !)...

Ne croyez pas que votre voisin(e) soit sans reproche... ou alors, c’est un robot (une robote ?) ? Allez vérifier en cas de doute...
Nous avons tous et toutes de petits agacements : j’aurais volontiers cinglé un obtus de la comprenotte récemment qui ne voulait pas accéder à ma légitime demande. D’ailleurs, à la réflexion (sourire), je me demande si je n’ai pas été un peu vive, oh ! juste un aboiement de roquet hargneux ! (sourire)
Nous partageons le jugement ! Ah, le jugement ! Que de fois, je me surprends avec des réflexions peu amènes envers autrui au lieu de lieu envoyer une bonne rasade d’amour. Ce qui est autrement plus efficace ! [Cf l’effet boomerang) Et ce que je fais illico dès que je le réalise, bien sûr. Mais je suis décidément incorrigible !
Le plus drôle, évidemment, c’est lorsque je critique une personne pour son esprit toujours acerbe ! Vous sentez le pitoyable comique ? Je reproche à autrui, précisément ce que j’ai si fort en moi. Mais oui, ça vous rappelle quelque chose ! Pardonnez-vous les bêtises et les défauts de votre entourage !

Alors, que faire pour s’amender ?
Nous sommes tous et toutes atteint(e)s. Avec plus ou moins de gravité... Cela dépend de notre passé, de notre milieu - bienveillant ou aigri.
Je ne peux que vous inviter à visiter vos zones d’ombre. car c’est le propre de la personne humaine que d’être un vraie Pierrot/une vraie Pierrotte (? !) en costume noir et blanc. Une part d’ombre, une part de lumière... Le nier, vous déforce et vous fait perdre un temps fou dans votre cheminement vers la paix et aussi... vers l’amélioration de votre petit caractère.
C’est ma foi rassurant de savoir que nous sommes unanimement dans le cas, non ?
Vous rappelez-vous la mégère qui sommeille en beaucoup ? (en moi, c’est sûr !) ou encore mon garagiste ?

Et soyez attentif/ve à vos pensées... Surveillez vos flux avec constance et mansuétude.. Il est normal d’avoir un peu de malveillance en soi. La cultiver, par contre, euh.... nous pouvons probablement être plus lumineux/se, non ?
Quand ça fuse, ben, tant pis. Vous ferez mieux la prochaine fois. Ne vous traitez pas de tous les noms d’oiseaux ! Excusez-vous, bien sûr...
Et avec tendresse, à vous-même : "Ah tiens ! doux/ce chéri(e) ! te voilà encore dans ce travers ! Bah... j’ai de beaux restes, ma foi !"

Oui, je sais, je me répète un peu ! Je vous ai déjà incité à faire le deuil de la perfection. [Ce texte-là, le deuil de la perfection, est un vieux coucou (sourire), j’avais omis de le mettre sur mon site - un oubli ! Bah, j’en ai de plus en plus ! - donc peut-être ne l’avez-vous jamais lu...]
C’est mon côté pédago, un peu perroquet - bariolé pour le coup !
Là, je voulais vous rassurer : le monde est peuplé de petits roquets en puissance, dont votre servante ! Alors, un peu d’indulgence, d’accord ?
Oui, d’abord envers vous-même.
Et le reste suivra...

La semaine dernière encore, sous la neige, mes pervenches me souriaient !
Poum ! plein coeur à chaque fois !
Encore de petites fleurs de rien ! et pourtant, de leur bleu lumineux, elles vous offrent intensément leur grâce éperdue !

Jolie fin de semaine à vous ! Nous vivons les dernières longues nuits de l’année ! La semaine prochaine, les jours rallongent ! Youpi !
Carole.

Un monde parfait, ça n’existe pas !
Et... pourquoi pas ?!



© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – décembre 2017

Un exemple de la cabriole du petit roquet








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…