L’hibiscus

Je suis merveilleuse ! Pas vous ? : Coucou n° 277 du 9 juillet 2014

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Des occasions de fête, je dirais : au mérite ! Qui, mieux que vous-même, savez évaluer vos avancées, vos pas vers plus de sérénité, plus de présence à l’autre, à vous-même ?...

Coucou vous !
j’espère que vous allez bien malgré ces pluies ! Je sais que beaucoup ont un baromètre sautillant vers le bas à la moindre goutte !
Réjouissons-nous pour la terre !

J’ai envie depuis quelque temps, de vous répéter un bout d’histoire édifiante, que je chipe au roman de Marlo Morgan : Messages des hommes vrais au monde mutant. Un roman qui, à l’époque où je l’ai lu, m’avait bien dessillée sur de nombreux sujets, et dont j’ai expérimenté, et vérifié, par la suite de nombreux points...

Mais venons-en au passage que je tiens à partager avec vous. Il s’agit des anniversaires chez un peuple d’Aborigènes :

« Pour nous une célébration fête quelque chose de spécial. Qu’y a-t-il de spécial dans le fait de prendre de l’âge ? Cela n’exige aucun effort, cela arrive voilà tout !
- Si avancer en âge n’est pas une occasion de fête, que célébrez-vous alors ?
- Le fait de devenir meilleur. Nous fêtons celui qui, par rapport à l’année précédente, est devenu meilleur et plus sage. Comme chacun est seul à pouvoir juger de ses progrès, c’est lui qui dit aux autres que le moment est venu d’organiser la fête. »


Et quelques pages plus loin...

« J’entendis Compositeur annoncer :
- Je crois que bientôt je vais changer mon nom de Compositeur en Grand Compositeur.
Ce n’était pas de la vanité. Je voyais des gens heureux qui reconnaissaient leurs talents et l’importance de partager et de développer les innombrables merveilles qui sont à notre disposition. Il y a un lien important entre reconnaître sa propre valeur et s’attribuer un nouveau nom au cours d’une cérémonie. »


Je vous laisse méditer cela. Vous m’avouerez que, dans notre culture, ce n’est pas très correct de se hisser tout(e) seul(e) sur un podium !
Et pourtant ! Quelle justesse !
Qui peut, mieux que vous, en effet, savoir si vous avez grandi dans votre coeur ?!
Alors, n’hésitez pas à auto-proclamer votre splendeur !
Vous ne savez pas par quoi commencer ? Tentez donc un : Je suis merveilleux/se !
Et si vous tergiversez à l’annoncer à quelqu’un(e) de votre entourage, je suis là !
J’adore que vous appréciez votre valeur !

Corollaire : surtout, ne bridez pas vos enfants !
Regarde comme je fais bien du vélo !! Tu as vu comme je danse bien ?!
Ecoutez-les vraiment, et vous m’avouerez que vous n’entendez pas une once de forfanterie, n’est-ce pas ?
Juste la joie, innocente et vive, générée par un nouveau savoir maîtrisé, un nouveau talent déployé...


Dans le Nord, les tilleuls sont en fleur ! Leur parfum est un de mes très enivrants bonheurs !
Il m’arrive de me figer sur un trottoir à renifler, humer...
De là, l’expression le nez au vent, vous croyez ?!
En tout cas, sûr et certain : la pluie - bénie soit-elle ! - exacerbe les odeurs ! Vive la pluie !

A tout bientôt !
Carole.


© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr - juillet 2014


Ne ratez pas la suite de ce coucou Votre meilleur(e) ami(e) !








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.