L’hibiscus

Il y a quelqu’un(e) ? + lasso ! : Coucou n° 416 du 12 octobre 2018

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Coucou vous !
Oui, je sais, cela fait lulure que je ne vous ai écrit... mais c’est que j’étais en pleine période de maturation/stagnation.
En juillet, l’univers m’a débranchée ! en août, j’ai ouvert un oeil, puis ai replongé, et me voilà enfin, toute proprette.

J’ai assisté à une scène assez burlesque. Une jeune femme que je connais assez peu, était au téléphone quand j’arrive. Elle avait une drôle de voix, un peu brève. J’ai imaginé qu’elle bavardait avec sa mère. Hum, cela en dit long, sur le ton que peuvent prendre les rapports mère-fille, j’en conviens !
Je me suis éloignée pour ne pas la gêner, quand je l’ai entendu bêtifier. Tiens donc ?!
Ah oui ! elle s’adressait à son chien : Ouh le joli petit chien-chien à sa maman ! qui c’est qui va avoir son rata ?
Je m’approche encore, elle reprend sa voix normale (? est-ce bien celle-là ?). Elle me cause avec assertivité.
Sonne son téléphone, et je l’entends minauder : Bien sûr, mon chéri ! Oh ouiiii ! ouiiii ! ouiii !

J’ai repensé à une amie me disant dans ma jeunesse - cela fait bien des années, eh oui ! - que ma voix changeait lorsque je conversais avec ma grand-mère.
En écoutant les différents registres de mon interlocutrice, je me suis posé la question : Et maintenant, suis-je bien unifiée ? Qui se niche encore en moi ? La petite est-elle toujours là ?
(Bien sûr ! on n’en a jamais fini avec elle - ou lui - je crois bien !)
Combien de personnes cohabitent-elles à l’intérieur de chacun(e) de nous ? L’objectif de notre vie serait-il de nous rassembler entre tous ces personnages que nous abritons ? ces masques que nous enfilons tour à tour ?

Une cocasserie langagière pour clore ce coucou :
Il y a deux jours, j’appelle une société auprès de laquelle, j’avais commandé, sur Internet, quelques huiles essentielles.
Je m’inquiète de l’avancée de ma commande.
- Ne quittez pas, je vérifie... (...) Merci d’avoir patienté. Nous venons de ligoter votre colis. Il devrait partir demain.
Vous pourriez m’entendre rire depuis ma campagne ! Les z’ont capturées au lasso mes huiles ?
Cela me rappelle l’enthousiasme des eaux !
Si vous en connaissez, des comme ça, n’hésitez pas à me les rapporter ! Je m’en régale comme de friandises.

Très belle journée à vous !
Ici soleil indien ! et quelques rouges automnaux... le spectacle se prépare !
Carole.


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – octobre 2018








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.