L’hibiscus

"Il faut !" + L’école buissonnière du bus : Coucou n° 272 du 28 mai 2014

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Ah les "il faut" !
Dès lors qu’il faut... plus de ressort ! Chaque "il faut" est terriblement démotivateur !
Bannissez "il faut" de votre vocabulaire ! vous m’en direz des nouvelles !

Bonjour vous !

Un échange de textos avec l’une d’entre vous.
Sur le premier, elle me déclare : J’ai bien compris que tu as raison, je laisse tes paroles faire leur chemin, et le calme revient peu à peu...
Je réponds : Bravo - évidemment, quoi d’autre ?!
Elle réagit, et là, j’hallucine : Bravo de quoi ? bravo pour quoi ?
- Tu m’as écrit :
"J’ai bien compris que tu as raison, je laisse tes paroles faire leur chemin, et le calme revient peu à peu."
Alors je te félicite !

- Oh, oui, mais maintenant, il me faut mettre en pratique !
Et voilà, patatras ! le mot qui déforce ! qui anéantit toute velléité de changement : il faut !
Je ne sais combien notre planète compte de vieux/vieilles enfants rebelles, toujours est-il que, en grande majorité, nous nous liquéfions sur un simple "il faut". Plus aucune force, plus d’envie, grande lassitude...
Certain(e)s arrivent à marcher au commandement, en serrant les dents... un temps. En général, un jour, ça craque !
D’autres s’administrent des "il faut" à n’en plus finir, et, bien sûr, se culpabilisent de ne pas être à la hauteur... et se fouettent encore davantage...
Et enfin, il en est une palanquée, dont je fais partie, à qui un minuscule "il faut" fait perdre toute consistance, toute lucidité, toute énergie...
Je vous conseille d’éviter donc.
Suggérez-vous avec gentillesse : Aujourd’hui, ma petite chérie/mon petit chéri, si tu voulais, tu pourrais...
Vous allez voir que ça fonctionne bien mieux !
Vous me direz ?

L’autre jour, mon bus de campagne a inopinément bifurqué, quittant le trajet habituel ! Un peu d’agitation de la part des habitué(e)s. Un peu d’inquiétude, un poil d’agacement, et quelques ravissements ! Nous avons sillonné de minuscules routes chatoyantes de l’exubérance du printemps ! traversé des villages par où je n’étais personnellement jamais passée ! Pour moi, c’était fête ! et fête impromptue ! J’aurais volontiers tapé des talons sur le rebord de mon siège, comme une gamine réjouie !
Et vous, comment prenez-vous les détournements de trajets ?

Je vous souhaite une savoureuse fin de semaine ! A bientôt !
Carole.



© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr - mai 2014








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...