L’hibiscus

Hors champ + fanfaronnades ou le vol des araignées ! : Coucou n° 324 du 9 septembre 2015

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Souvent, on ignore une partie des difficultés des autres, et avec un bel égocentrisme, on prend tout pour nous !
L’important n’est pas d’être parfait(e). L’important est de faire du mieux qu’on peut...

Coucou vous !
J’ai eu l’occasion, il y a peu, de visionner Vincent, François, Paul... et les autres, vous savez ce film de Claude Sautet.
A un moment du film, Vincent, interprété par Yves Montand, est accablé de dettes sur son entreprise. On comprend qu’il a monté sa boîte à la force du poignet, il en est justement fier, et jouit d’un panache de gagneur... Il rattrape une première fois avec les capitaux de son ex-beau-père, ce qui alourdit le poids moral... mais décidément la fin se dessine : il doit des sommes astronomiques, qui donnent le vertige, oui, même à lui... Nous compatissons sur sa tourmente... car il est, ma foi, sympathique.
Il retrouve sa petite amie (Ludmila Mikaël), et la scène est assez évidente pour nous qui connaissons le contexte : "Qu’est-ce que je t’ai fait ?" Sa réponse : "Mais rien, ne t’inquiète pas" ne rassure pas du tout sa compagne... qui ne possède pas, comme nous, toutes les donnes...
Et la vie, c’est exactement ça ! Chaque personnage a un hors champ qui échappe aux autres... Vous ajoutez une bonne pincée de "et moi et moi" et vous obtenez des malentendus, des froissements, des cassures, des ruptures... Le couple de Vincent n’y échappe pas !
J’ai déjà traité ce sujet à propos d’ados maussades...
Je vous offre cet autre angle de vue (sic) pour vous détendre... la prochaine fois que vous vous sentirez menacé(e) dans une relation... Vous n’avez jamais vu tout le film de l’autre, et vos scénarios catastrophes font montre de toute votre fragilité... et ne croisent que très partiellement son propre scénario..

Certain(e)s d’entre vous admirent mon rapport aux araignées. Alors, je me dois d’atténuer leur enthousiasme !
Une bonne dose de fanfaronnade de ma part !
Bon, je n’ai pas de phobie envers la gente araignée.
Cependant, pour être parfaitement honnête, je ne suis pas non plus, extrêmement franche avec elles. L’araignée de la boucle d’oreille a valsé, sur un revers de main, dès que je l’ai aperçue ! Elle qui s’essayait à un petit pas de danse délicat a appris un rythme plus grossier.
J’en suis désolée, réflexe incontrôlable de ma part !
Quand je décide de sortir une araignée, ce qui m’arrive tout de même car il est des tailles insupportables - les grosses velues par exemple - ou des lieux tout à fait inappropriés (ma chambre...)
je les attrape délicatement entre un récipient et une carte postale, et les vire, et je dois avouer que je ne suis pas alors très douce ! Trop peur de ne pas les débarquer pour de bon, je leur apprends à voler - en m’excusant... avec beaucoup de sincérité !
Je n’ai aucune honte à cela. Je tâche d’être très respectueuse, mais dans mes petites limites de petite humaine...

Hier, un escargot tout mignonnet - ils sont roses chez moi, je vous jure ! - s’était pris d’amour câlin pour mon doigt. Je m’efforçais de le déplacer. Fais pas l’idiot ! je n’aime pas les bisous d’escargot ! Avec lui aussi, j’eus pu faire plus tendre ! plus prévenant !
Je m’applique, je m’applique ! Et c’est, me semble-t-il, ça l’important, vous ne croyez pas ? Je fais du mieux que je peux avec qui je suis.
Pensez-y pour celles et ceux d’entre vous qui auraient tendance à se juger !

Je vous souhaite une journée lumineuse !
Carole.


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr - septembre 15








Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...