L’hibiscus

Glissements de réalités + les arbres : Coucou n°452 du 28 mai 2020

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Bonjour toi, coucou vous !
il m’arrive encore un surprenant glissement.
J’emprunte à la bibliothèque un roman de Jean-Pierre Angremy : Et Gulliver mourut de sommeil.
Un peu débordée de lectures, et de vie, je décide de faire l’impasse sur ce titre au profit des autres ouvrages empruntés. Il démarre très lentement : tant pis pour lui !
Je vous ai déjà rappelé les dix commandements du lecteur selon Daniel Pennac. De surcroît, devant la pléthore de livres édités, et la brièveté de ma vie de lectrice intrépide, je m’arroge le droit de repousser sans vergogne celui qui ne m’emballe pas. Ou pas plus que ça (sourire)]

La vie continue, et alors que je m’apprêtais à rendre ma moisson hebdomadaire de livres, je visionne une fiction de Solveig Anspach : Haut-les- coeurs - avec Karin Viard que j’aime beaucoup.
Pourquoi est-ce que je zoome sur un pavé sur l’étagère du salon (oui, nous sommes bien dans le salon du film) ? ne me le demandez pas, je l’ignore.
Je déchiffre son titre Le Sac du palais d’été de Pierre-Jean Remy... qui n’est autre que Jean-Pierre Angremy.
La coïncidence est on ne peut plus stupéfiante !
J’ai fait ma curieuse sur un élément du décor d’un film... totale incongruité...
Avant cet emprunt, hasardeux, je ne connaissais pas cet auteur.
J’ai quêté autour de son identité (en fait, ses identités, car il a eu de nombreux noms de plume), ce que je ne fais pas toujours. Et c’est ainsi qu’Angremy/Remy a immédiatement fait tilt : le même auteur !

Et voilà qu’une fois de plus, mes réalités se tissent en écho à partir d’un livre...
Je vous ai déjà raconté le pouillot véloce qui avait sautillé depuis un roman sur ma table de jardin. Vous rappelez-vous également la bonne mort et Lourenço Marques ?
J’en suis très très troublée...
Miyard, je suis guidée par des impulsions bien étranges, et... pleines de sens, et la réalité cligne des yeux avec malice !
J’avoue : je suis abasourdie ! Et ces glissements me mettent uniment en joie !

Ma connexion avec les arbres me procure tout autant de joie ! Ils sont toujours là, à me fêter.
Certain(e)s d’entre vous vont peut-être se dire : Ayé, Carole a décroché ! maintenant les arbres la fêtent ! Nous vlà bien !
Mais, si vous ne la vivez pas déjà, tentez plutôt l’expérience : Au début, peut-être simplement vous planter (sic !) devant un arbre, et attendre un frémissement saugrenu dans sa ramure... Déjà ça.
Vous me direz ? Que du bonheur à en attendre...
Après plusieurs années de pratique, il m’arrive de les "entendre" me héler... Et c’est comme si un ami me sautait dans les bras !
Comment voulez-vous que je sois morose ?
Vous tentez ? promis ? Je vous le souligne une fois de plus : la méthode la plus scientifique consiste à essayer.

Évidemment, oui, bien sûr, je vais lire Jean-Pierre Angremy et Pierre-Jean Remy !
Il est présent à travers de très nombreux titres dans ma bibliothèque préférée. Dont le pavé du film !
Je vous dirai tout. Pourquoi ma sagesse intérieure, qui tricote avec la réalité à mon insu, m’a conduite vers cet auteur (sourire).
De votre côté, n’hésitez pas à me raconter vos synchronicités. J’adore et ça fait rire les oiseaux !

Belle journée à vous ! bruissante de vie !
Carole.

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – mai 2020








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...