L’hibiscus

Front de libération des enfants + réhabilitation des dodues : coucou n° 114 du 18 octobre 2010

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Les enfants au retaurant ! La non-tolérance de la vivacité des enfants est assez époustouflante !
La gêne des parents est manifeste, qui ont peur d’être jugé(e)s. Même les plus convaincu(e)s de la nécessité pour des enfants de s’ébrouer.
Dans certains pays, les femmes en chair, les dodues, les grosses sont accueillies avec gourmandise ! Tout est question de point de vue (culturel... ou personnel)...

Bonjour à vous !
Je voudrais revenir sur cette histoire de repassage, deux/trois coucous plus haut, car je suis tombée sur un joli proverbe persan : « L’homme pressé refait deux fois la même chose. » Exactement ce que je voulais souligner !!
Et l’une de vous me rapporte "Les gens heureux n’ont pas besoin de se presser", faisant ainsi le lien avec le banquet, juste un coucou au-dessus !

Par ailleurs, je tiens à répondre publiquement à la maman exténuée de deux chipies courantes et dansantes qui m’écrivait : "Foi de parent d’enfant en pleine vie, tu as droit à ce regard de personnes réprobatrices : "elle ne sait pas tenir ses enfants, mal élevés !" "
Alors, savez-vous qu’il existe des pays, des peuples entiers, où la présence des enfants au restaurant fait partie de la vie ! ils courent de table en table, mangent un peu à droite, un peu à gauche, et font l’admiration générale. Et du coup, tout se passe très bien. Sans heurt, sans réprimande, ou alors, cette dernière peut émaner de tout le monde.
Il est assez triste, pour notre culture, que la vivacité des enfants soit si mal vécue !, et que nous, parent(e)s, nous sentions jugé(e)s comme mauvais(es) éducateurs/trices, parce que nos enfants sont en pleine vie, et... parfaitement enfants !!
La culture, c’est vous, c’est moi, c’est toi, c’est nous ! Alors lorsque vous sentez se lever une vague de reproche autour de vous, plantez-vous dans vos deux pieds : "Ces enfants vont très bien et moi aussi. Je suis en train de participer au front de libération des enfants en pleine santé !!"
Et vous verrez que, paradoxalement, vos enfants seront moins déchaîné(e)s que d’habitude !!! Car comme le dit si justement Michel Simon : « J’ai assez vécu pour savoir que ce qui est le plus amusant dans la vie c’est tout ce qui ne se fait pas. » !
Et puis, peut-être, pouvez-vous les faire courir avant, et négocier avec eux/elles, des moments à table et des moments de galopade (pas trop débridée, la galopade : "Promis, après on va courir au parc !"), un peu des deux, pour ne pas trop gêner les voisin(e)s, et aussi parce qu’il faut bien manger ! et que, pour le moment, lesdit(e)s voisin(e)s ne leur offriront probablement rien de leur propre assiette !! Vos enfants peuvent parfaitement entendre et comprendre, que vous déplorez que notre société soit ainsi faite, et vont être soulagé(e)s d’apprendre que vous trouvez leur vitalité saine, et qu’elle vous ravit ! C’est juste au restaurant, et dans la salle d’attente du médecin, et dans la queue au magasin, et... et... Que ce n’est pas elles/eux, les enfants qui sont à blâmer, mais notre drôle de société. Alors que s’ils/elles sont prêt(e)s à vous aider... non pas pour plier devant ladite société - non, rester libre est primordial-, mais pour la respecter, y compris dans ses errements...
"Ça va, Papa/Mamie/Tatie/..., je ne cours pas trop fort pour notre drôle de société ?"

Il est une anecdote que je dois vous rapporter depuis un moment, parce qu’elle va emplir d’aise quelques dodues personnes.
Il y a un petit quart de siècle, je passais une frontière africaine. Le douanier s’arrête sur mon passeport :
" Tu n’as que 28 ans !! mais tu parais vieille !!!...
[Regards navrés des pieds à la tête...]
Tu es si maigre !!!"
Pour celles et ceux qui ne me connaissent pas, je ne suis ni... , ni... , dans nos standards européens. Visiblement, pour les standards africains, peux mieux faire !!
J’ai presque été vexée !!
Pour vous rappeler, vous confirmer, vous assurer... que des formes copieuses sont parfois plus qu’appétissantes, et que les critères de beauté varient d’un pays à l’autre, d’une personne (non engluée dans sa culture !) à l’autre !!

Voilà, c’était mon coucou militant !!
Excellente semaine à vous !
Carole.

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – octobre 2010

Voir une autre réhabilitation, une réhabilitation baobab !








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...