L’hibiscus

Exprimez-vous (ter) : sans peur et sans reproche !

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Souvent les personnes qui manquent de confiance en elles, quand elles s’expriment, le font de manière abrupte...
Et ne sont, du coup, pas prises au sérieux...
Comment se dire et être entendu(e)...

C’est assez souvent que j’entends : j’aurais mieux fait de me taire !
De mon point de vue : Certainement pas !!
Se taire crée du grabuge dans les relations ! puisque cela leur permet de se distordre ! Cf Exprimez-vous (bis)
Se taire vous nuit, oui, à vous personnellement ! Lorsque vous refrénez votre vérité, vous vous rétrécissez, vous commettez un renoncement, et de renoncement en renoncement, le risque serait de vous perdre de vue, et de ne plus savoir quels sont vos propres désirs...

Par contre, si vous vous trouvez mal d’avoir parlé, il est probable, - et je vous en prie, ne vous blâmez pas ! - que vous ayez mal parlé !
Il est deux cas où le silence est d’or : quand vous êtes en colère, et quand votre interlocuteur/trice est en colère. Dans ces deux cas, rien de bon à attendre de ce qu’on ne peut même plus appeler une conversation !
C’est malheureusement souvent la colère qui vous permet de sortir de votre réserve et d’oser – enfin ! - vous dire... Sauf que évidemment, en colère, vous communiquez mal : vous en dites trop, de façon peu structurée, vous dépassez votre pensée... etc. Et de toute façon, votre interlocuteur/trice plus que probablement ne comprendra rien, s’il/elle fait, comme la grande majorité, partie des personnes qui se ferment comme des huîtres, lorsqu’on exprime de la colère.
Vous avez, sans doute, des raisons légitimes d’être en colère, et vous avez le droit - voire le devoir ! - d’exprimer ces raisons...
Mais de façon posée ! Sinon, vous êtes inaudible.

Alors, si vous êtes dans ce cas, que vous avez enfin vidé votre sac, mais l’avez fait dans la colère, prenez un peu de temps... Présentez vos excuses en attendant !...
Depuis combien de temps, ruminiez-vous vos ressentiments ? Trop longtemps sans doute ! Promettez-vous de vous dire au fur et à mesure, de façon à vous expliquer calmement, sans cracher une pelote indigeste de griefs rancis !
Réfléchissez aux sources de votre contentieux : que pourriez-vous prendre dans votre propre besace ? Relisez en particulier le texte sur l’effet miroir, et cet autre sur les erreurs de colère. Cela va vous permettre de considérablement alléger le dossier du litige, nul doute !
Lisez ou relisez alors le texte sur les relations mal embringuées, et voyez comment adoucir votre regard sur l’autre...
Et enfin, sur les points qui restent, sans aucune tergiversation, vous devez vous exprimer, parler en votre nom, sans accuser l’autre, mais en posant votre droit au respect, et à la considération. A ce stade-là, tout peut se dire, TOUT ! Vous serez surpris(e). Quand on parle depuis son centre, sans vouloir changer l’autre, mais juste manifester de notre vérité... tout, absolument tout, est recevable !
Si vous avez peur de vous emporter, couchez les choses par écrit. (Les écrits sont très importants, surtout dans le domaine professionnel.)

Si vous êtes mesuré(e), si vous vous exprimez tranquillement, vous avez toute chance d’être entendu(e)... et compris(e).
Et vous aurez franchi le deuxième obstacle : celui du manque de confiance en vous qui vous empêche de manifester vos désaccords au fur et à mesure, avec sérénité et... fermeté. (Oui, vous savez bien que lorsque vous le faisiez, c’était avec si peu d’assurance, que vous n’étiez pas vraiment pris(e) au sérieux...)

Ce chemin que je vous propose devrait vous permettre de (petite) victoire en (petite) victoire de gagner cette détermination placide, et cet aplomb pacifique. Vous allez vous ancrer, et votre entourage va le sentir, et vous respecter davantage... vous respecter tout court !
N’oubliez pas de célébrer chaque petite victoire ! De vous féliciter ! Vous êtes souvent votre censeur le plus négatif, vous le savez bien !
Quelle que soit l’étape où vous êtes rendu(e), fêtez-vous : Vous êtes en route !!



© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – août 2014


Lire aussi Exprimez-vous
Et aussi, relisez ce coucou où je vous cause de votre collègue, en piteux état, lui/elle aussi !








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.