L’hibiscus

Deux journées de rien ! : Coucou n° 306 du 27 mars 2015

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Savoir s’arrêter à temps, prendre soin de soi pour être plus à même d’assurer son travail... ou ses loisirs !
Un mauvais calcul que de foncer toujours !

Eh coucou !

Deux frères rentrent exténués d’un enterrement en Alsace. Le voyage, les émotions les ont bien harassés.
Tous deux travaillent à leur compte.
A leur retour, le cadet prend un congé, son frère rétorque que cela lui est absolument impossible vu sa charge de travail...
A la fin de la journée, tout deux n’ont rien fait du tout. Du tout !
Mais l’aîné est terrassé du remords d’avoir été parfaitement improductif. Cela l’a rongé d’heure en heure. Alors que son frérot est pleinement détendu, ayant dégusté son temps libre.

Ah ! savoir lever le pied ! admettre sa fragilité et en tenir compte...
Le lendemain, je gage de l’efficacité du cadet, assurément. Mais c’est une telle évidence ! n’est-ce pas ?
Bon, le grand frère n’est pas sot ! Fort de la comparaison, il a pris une copieuse fin de semaine pour enfin... décompresser.
Il aurait pu s’entêter, notez. J’en connais plein, de ces irrécupérables obstiné(e)s, qui avancent en serrant les dents sur leur lassitude, voire leur surmenage !

Et vous, comment la jouez-vous ? A quel degré d’attention à vous-même êtes-vous rendu(e) ?
Prenez soin de vous, s’il vous plaît !
Pour vous, bien sûr, mais aussi pour nous ! Vous souvenez-vous du scooter d’Eric Edelmann et des catastrophes en chaîne qu’il provoque ? Mais aussi, de la "contagion" des états de l’un(e) à l’autre ?

J’ai arrêté de nourrir les oiseaux. La nature me semble parfaitement prendre la relève. Et je ne peux assumer de les conduire à l’assistanat !
Je ne vous cache pas que je me fais violence, car j’adore leur agitation du matin, dès que j’ouvre mes volets ! Je raffole des battements d’ailes, éperdus de gratitude, autour de moi lorsque je dispose les graines ! Une vraie Mamie des squares ! sauf que moi, ce ne sont pas des pigeons, mais des mésanges (j’affectionne particulièrement les petites nonnettes !), des pinsons, des alouettes, un rouge-gorge...
Il faudra un jour que je vous décrive un pic-vert de mon voisinage. J’ai eu le loisir de l’observer très longuement. Quel énervé ! Ses coups de bec dans le sol paraissaient rageurs ! Il était opiniâtre et tendu... Le stress sans raison chez les ailés (zélés !) ça existe donc !

Que la journée vous soit douce !
Carole.


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – mars 15

Depuis, j’ai inventé la baignoire à oiseaux et je me régale de les voir s’ébrouer !








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...