L’hibiscus

Deux conseils sages de mon jeune temps : Coucou n° 228 du 12 avril 2013

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Tournez la page ! Avancez ! Allez de l’avant ! et tout va s’éclairer !
Et aussi, pas d’impatience, les choses prennent le temps qu’il faut !

Coucou vous !
Il m’est revenu deux conseils très sages, que je souhaite vous partager. comment n’y ai-je pas pensé plus tôt !
Le premier me vient de ma prof de maths en terminale. Une toute brillante agrégée, et très jeune. Je crois qu’à l’époque, on la disait la plus jeune agrégée de France.
Au détour d’un cours, elle nous a préconisé de ne jamais nous arrêter dans une lecture. Et ce, quelle que soit la lecture. J’ai tout oublié ! jusqu’à son nom, et le nom de la plupart des lycéennes avec qui j’étudiais... mais je la revois, parfaitement : Si vous ne comprenez pas, tournez la page, continuez votre lecture, et il y a fort à parier que le passage sur lequel vous avez buté s’éclairera quelques pages plus loin...
Ce moment est resté gravé. Elle n’avait pas du tout, jeune passionnée de mathématiques, l’habitude de nous entraîner dans des digressions...
Cette recommandation m’a incroyablement servie lorsque j’étudiais le Feng Shui, cet art chinois si déroutant, avec toutes ses apparentes contradictions, pour une pensée occidentale, un brin binaire... Hum !
Cette observation, accompagnée du conte des 5 aveugles et l’éléphant, m’a permis de décliquer mon petit cerveau et d’avancer dans la complexité, et... l’extrême simplicité de la pensée chinoise...

J’y ai pensé aussi, des années après, lors de la découverte - jubilatoire ! - des droits imprescriptibles du lecteur de Daniel Pennac : le droit de ne pas lire, le droit de sauter des pages, le droit de ne pas finir un livre... etc.

Et il va de soi, que ce conseil très avisé, ne vaut pas que pour les lectures. Vous ne comprenez pas l’attitude d’un(e) proche ? vous êtes saisi(e) des cahots de votre vie ? tournez la page... Dans quelque temps, tout s’éclairera. Le "quelque temps" pouvant s’évaluer hum !... en années... Patience, donc... Et confiance !



Le deuxième commentaire éclairé me vient d’un graphiste parisien, avec lequel la structure où j’exerçais mes talents de documentaliste, travaillait. Un homme fort sympathique, aux idéaux élevés.
Un jour où je piaffais, et... tempêtais sans doute, vu mon petit caractère de l’époque ! il m’a asséné, et j’en suis restée bouche bée :
Carole, il ne sert à rien de t’énerver. Dis-toi bien que l’armée des guérilleros avance toujours au pas du plus lent de ses fantassins.
Impressionnant, non ?
Mes impatiences ont quasi définitivement tourné les talons ! Pour être parfaitement honnête, il m’arrive d’avoir envie de houspiller le plus lent des fantassins, mais cela passe assez vite ! Je repense au bon sens de cette comparaison, et je me calme !

Que m’en dites-vous ? Ah bon, vous pratiquez déjà !? Ça alors !! Bravo !

A tout bientôt, jolies journées pluvieuses à vous ! Oui oui, vous avez bien lu ! (grand sourire)
Carole.



© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr - avril 2013








Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.