L’hibiscus

Dédicace et à genoux : coucou n° 130 du 23 mars 2011

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Dédier un effort, comme les Bouddhistes dédient leurs méditations, leurs pratiques. Méditer devant son jardin, ses plants de patates. La contemplation est une activité de pleine reliance !

Coucou vous ! coucou toi !

Dans ma montagne, tous les matins, à l’aube blême, je gravis quelques 500 marches pour accéder à une chapelle. A cette altitude, la moindre marche coûte !
Surtout que je suis facilement sujette au mal des montagnes ! et me ratatine très vite, toute hoquetante. A bout de souffle !
Pour me donner du courage, j’ai inventé de vous dédier cette escalade. A vous tous et toutes qui avez des ascensions à réaliser : vous démettre d’une relation nocive ou même simplement inadéquate, vous défaire de la cigarette, en finir avec l’alcool, avec les colères, vous arracher à la dispersion, à la dépression, prendre enfin la décision qui s’impose, mettre la paix, la créativité, la joie à la barre... etc. etc. Vous toutes et tous, quoi !
Chaque marche franchie, ahanant, je vous la dédie...

Et... cela m’aide vraiment ! comme si cela me donnait un surcroit d’énergie, un supplément de force ! Vous devriez vraiment tenter !
Il y a une vraie puissance dans une dédicace.
Euh, d’ailleurs, vous pouvez me dédier vos propres efforts ! Ils vont m’aider dans ma grimpette du matin !
Ma récompense, c’est le lever du soleil qui finit toujours par mettre de la lumière sur toute cette affaire ! Bon, je suis déjà arrivée depuis lulure à ma chapelle, quand il pointe ses roseurs ! C’est chaque matin, splendeur renouvelée !

Un matin, je ne me suis pas réveillée : j’ai raté le lever du soleil !
Je me suis sentie comme amputée ! J’imagine que je revis, en accéléré et à l’envers, ce que ressentaient les paysan(ne)s qui quittaient le monde rural... et se sentaient amoindri(e)s chaque matin ! Moi, je me sens amplifiée !

Depuis ma table de travail, je vois souvent une dame de ma connaissance assise sur les talons au milieu de son jardin potager orné de fleurs.
Une femme de quelques 70 ans, cultivée, d’une certaine distinction, un chic indéniable.
La voir agenouillée au milieu de ses patates en fleurs, en contemplation ravie, m’émeut toujours profondément !
Je vous offre cette image. Et aussi tous mes levers de soleil !

Carole.

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – mars 2011








Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…