L’hibiscus

Curiosité animale (encore) + heureuse nature ! : Coucou n° 206 du 25 octobre 2012

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

La vie est la vie ! Notre regard sur elle change tout !

Bonjour !

A plusieurs reprises, j’ai surpris une mésange, figée sur un poteau de palissade, à me scruter attentivement à ma table d’écriture.
Je ne saurais dire de quelle teneur est cette observation : j’ai envie de dire bienveillante, mais j’élucubre peut-être. Attentive, ça oui !!
Quand elles se sentent à leur tour observée, - je ne suis pas certaine que ce soit toujours la même mésange - elles s’offusquent - vous y croyez, vous ?!! et s’envolent !

Une autre curiosité, c’est que les oiseaux des alentours ont repéré que j’étais leur source d’alimentation. Pas besoin de vérifier si la mangeoire est vide, j’ai droit à un ballet autour de mes fenêtres et porte. Et dès qu’ils réalisent, ne me demandez pas comment, que j’ai "entendu", la pantomime cesse. Ce matin, toutefois, comme je n’obtempérais pas assez promptement, j’ai vu une mésange sur la pointe des pattes, collée à la fenêtre, qui sondait l’intérieur de la pièce pour voir ce que je fabriquais... J’ai éclaté de rire. Et elle a disparu ! J’espère ne pas l’avoir froissée !
Comme vous le devinez, je m’amuse bien !

Ce matin, à l’ouverture des volets, deux surprises, un tantinet moins gaies, une à chaque étage : une araignée !
Au rez-de-chaussée, une bien noire, bien grassouillette, trapue velue. Je la coince sous un bol et la jette par la fenêtre. Ouste !
Dans ma chambre, à l’étage, sa très grande et grosse soeur ! Le même noir d’encre, trapue velue, itou, mais le tout puissance 10 !
En la virant également, je me suis fait la réflexion d’avoir la chance de ne pas habiter une maison gratte-ciel ! Déjà au premier, je frôlais mes limites de tolérance !!!
Puis seconde réflexion sur mon heureuse nature, qui me fait voir la veine que j’ai, en toutes circonstances !
Et aussi, sur mon côté marseillais (excusez-moi, les Marseillais(e)s !) : j’aurais pu me limiter, vous l’avouerez, à imaginer un étage supplémentaire... non, je vois ma chance en... monumental !

Je vous souhaite de repérer la vôtre !
Déjà, vous avez vu ? nous avons une splendide arrière-saison !
Carole.



© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – octobre 2012








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...