L’hibiscus

Bouquet papillon + merci les doudoux : coucou n° 166 du 14 décembre 2011

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

"Tu ne vas jamais au bout des choses !"
Qui n’a pas entendu cela, voire se l’est, à lui-même/elle-même asséné !
Et si, pour l’équilibre du monde et... sa légèreté, il était important que certaines personnes n’aillent pas au bout des choses et se contentent de papillonner d’une activité à l’autre ?
Construire sa vie peut être comparé à la composition d’un bouquet, une fleur à la fois.

Merci à mes doudoux, à mes lecteurs et lectrices, qui m’ont mise à l’écriture ! Avec bonheur !

Coucou vous ! bonjour toi !

Il est un thème récurrent qui mérite un petit point. Certaines personnes papillonnent d’une activité à l’autre, d’un sujet à l’autre, d’un loisir à l’autre, et "ne vont jamais au bout des choses", disent leur entourage normatif/ve, ou... leur censeur intérieur !
Je voudrais voler au secours des papillons ! Ce ne sont certes pas toujours des personnes qui fouillent, creusent, sondent, traquent, scrutent, épluchent, approfondissent une monomanie ; leur butinage est évidemment moins sérieux, et peut-être moins productif.
Mais si c’étaient eux/elles qui donnaient de la légèreté et de la couleur au monde !?!
Et puis, de toute évidence, le monde ne peut pas être que comme ci ou que comme ça. Assénez donc cette vérité à votre censeur intérieur !

Hier matin, à un homme qui cherchait sa voie, j’ai parlé du papillonnage, et aussi suggéré que la vie pouvait être comme la composition d’un bouquet : que toutes les activités, et facettes de notre personnalité pouvait se disposer en un joli bouquet final. En ce qui le concernait : une fleur d’art, un rameau d’enseignement, une tige de management, un bourgeon breton, une gerbe d’altruisme...
A lui, d’arranger sa composition.
Et de prendre plaisir à le faire !

Un de mes grands plaisirs à moi, c’est de vous écrire. Et je dois vous dire : Merci les doudoux !
Sans vos retours, je n’aurais jamais consacré de temps à l’écriture. Deux livres publiés, un troisième quasi achevé, c’est grâce à vous !
Bien sûr, mon entourage n’a eu de cesse de m’inciter, mais les compliments d’un(e) proche sont suspects, voire douteux : quelle est la part de l’aveuglement dû à l’affection, à l’amour ?
Je suis toujours restée déguisée, entre point d’interrogation et point de suspension...
Par contre, quand des personnes m’encouragent, qui ne me connaissent qu’à travers mes écrits... parce que ces derniers les libèrent, les apaisent, leur permettent un retour réflexif et bienveillant, etc. etc. ma foi, cela devient conséquent et solide ! C’est donc grâce à vous, mes doudoux, que je m’y suis mise. Et je ne saurais assez vous remercier, car j’y déploie une grande joie !
Merci !
Et en plus, je commence à percevoir la richesse des rencontres avec mes lecteurs/trices ! La vie ne cessera de me combler, décidément !
Merci les doudoux ! qu’il vous soit rendu au centuple !


Hier, belle journée, grise de rafales de pluie, dans le Nord ! Le ciel se prend une de ces rincées ! il va être tout pur, aujourd’hui ! Enfin à suivre...
Carole.



© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr - décembre 2011


En fait, les papillons, il vous faut assumer vos extravagances !
Et, depuis 2011, ce sont quatre livres que j’ai publiés ! Et ce n’est pas fini !








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.