L’hibiscus

Ben oui, hein, Carole !

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Les énergies circulent. Les êtres sensibles, les enfants en particulier, sentent même à distance les pensées, les sentiments... Ben oui, hein !

Entre 2004 et 2005, j’ai animé un ‘groupe de réconfort’ : nous nous réunissions, accomplissions une méditation de purification, puis envoyons de l’énergie sur les personnes dont nous savions qu’elles étaient mal en point, physiquement ou psychiquement.
Très curieusement, des prénoms s’imposaient parfois à nous, de personnes que nous ne connaissions pas du tout. Comme si, à un certain niveau, cela se savait que l’on pouvait trouver du réconfort auprès de nous.
Foutaise, direz-vous ?!
Que nenni !
Lisez plutôt…
Un jour, le prénom d’un petit garçon s’impose à moi. Il s’agit d’un angélique petit patient que j’aime très fort, et qui me le rend bien ! Je prononce donc son nom à haute voix pour que l’attention des participant(e)s se porte sur lui. L’énergie passe, un peu piquante au début, puis se stabilise assez vite.
Or, il se trouve que l’après-midi même, je recevais la maman en séance. « Tu vas bien ?
— Bien non, pas trop. Mon fils est tombé sur la tête ce matin. L’école nous a appelés. Il est très choqué. Je me fais du souci. Son père est avec lui…
— C’est étonnant, ce midi, au cours du groupe de réconfort, il est venu me chercher, ton garçon ! Et nous lui avons tous envoyé de l’énergie. Ne t’en fais pas, il va bien. Il n’y a rien de grave.
 »
En m’entendant dire cela, je me suis dit que j’étais folle d’être aussi catégorique. Mais j’ai pris l’habitude de ne pas me reprendre quand ‘je suis parlée’.
— Appelle-moi ce soir pour me donner des nouvelles, s’il te plaît. » (Quand même !)
Le soir même, je fus rassurée. Le bambin allait très bien. Et recommençait à babiller.

Quelques temps plus tard, je revois le petit lui-même, en consultation. « Alors, dis-moi, tu m’as appelée le jour où tu es tombé sur la tête à l’école ? Tu te rappelles ?
— Ben oui.
— Et je t’ai aussitôt envoyé de l’énergie, et, par chance, je n’étais pas toute seule. Tu t’en es rendu compte ?
— Ben oui, hein, Carole ! »
(Genre : « c’est bientôt fini tes questions à la noix ?! »)

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – septembre 07








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…