L’hibiscus

Apprivoiser le vide pour marcher au devant de soi

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Ah ! Sans la peur du vide, de la solitude, nous laisserions s’épanouir en nous notre vraie vie...

Vous l’aurez remarqué vous-même : souvent, ce qui provoque les fuites en avant, et les égarements, les erreurs d’aiguillage, les mauvaises rencontres, les sales expériences... etc. c’est la sainte peur du vide !

Tel(le) va bondir sur un(e) mauvais(e) compagnon/gne de peur de rester seul(e), tel(le) autre s’engouffrer dans une activité inadéquate, plutôt que de laisser le silence s’installer, ou encore multiplier les rendez-vous professionnels ou les divertissements, afin de combler le vide...

Pourtant, les humain(e)s comme les fleurs s’épanouissent dans le silence et la solitude, la vacuité... Non seulement, nous ne laissons pas mûrir nos projets mais cette boulimie de rencontres et d’activités crée de mauvaises expériences qui nous déforcent, et nous désorientent.
Oui, mais Carole, tu dis toujours qu’aucune expérience n’est à regretter, qu’elles nous font toutes grandir, que nous n’avons pas à nous culpabiliser, nous avons fait de notre mieux...
Cela est tout à fait juste ! Mais si vous me lisez, c’est que vous avez l’espoir d’améliorer votre vie, non ? de ne pas tourner en boucle sur les mêmes bugs, exact ?

Alors, je vous en prie, il y a sans doute là une clé : considérez attentivement votre rapport à la vacuité, la solitude, le silence...
Comment vous en sortez-vous ? Réalisez-vous que vous avez peur de cela ? Que vous créez du bruit, de l’effarement, du tourbillon pour ne pas rencontrer ce vide, ce silence ?
Je vous suggère de vous apprivoiser : résistez à l’envie d’allumer radio ou télé, de briquer votre parquet, d’aller faire une course, de piailler avec votre voisin(e)... et passez une soirée, une journée, un week-end silencieux... ou peut-être plus modestement, pour commencer, juste une heure (sourire). Ne programmez absolument rien. Un moment de "grand néant". Acceptez d’être parfaitement ramollo(ttes)...
Savourez votre solitude. Ne faites rien, rien du tout : rêvassez, méditez, somnolez... accueillez le vide, absorbez le silence...

Vous allez me demander le rapport avec votre vie et ses chaos ? Se familiariser avec le vide, le silence, permet la rencontre intérieure.
Rappelez-vous cet édifiant conte de l’éléphant qui cherche son œil... Tant que vous n’aurez pas obtenu le grand silence intérieur, votre désir profond, votre authentique élan vital sera phagocyté par le brouhaha alentour, par les énergies des autres... Or, vous en conviendrez, ce n’est pas la vie des autres que vous êtes venu(e) réaliser, mais la vôtre propre, n’est-ce pas ?
Par exemple, ne cherchez pas à déterminer ce que demain sera, si vous en êtes à changer de vie, tâchez juste de rester au plus près de votre silence, et la clarté se fera.
"Cesse de chercher ta place dans la vie, ta place te cherche." dit Kalif Ali.
Je connais des personnes qui pratiquent très bien silence et méditation... las... dès qu’une idée passe, une proposition se dessine, elles sautent sur l’idée ou la proposition, oubliant de l’examiner avec calme et équanimité, au filtre de leur sagesse intérieure, oubliant que choisir sa vie est chose sérieuse.

Alors, pas de blâme, si vous avez pratiqué ainsi depuis des années... J’ai fait de même, pendant plus de vingt ans ! Mais... peut-être, le moment est-il venu d’absorber le silence ? Et de laisser votre place vous chercher ?

N’hésitez pas à vous laisser couler dans un petit temps d’hibernation... Et ouvrez-vous à la confiance : ça mijote...

Alors ? vive la solitude, vive l’agenda vide ! Vive le silence ! Vive Vous !

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr - août 15








Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.