L’hibiscus

Amalgames et punching ball

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Très souvent, nous nous trompons de colère,
et piquons une grogne contre - sinon un(e) innocent(e), du moins la mauvaise personne ou alors, au mauvais moment...
Il faut dire que, malheureusement, les colères s’agglutinent les unes aux autres, et que leur déballage peut être une véritable éruption composite !

Sans aller jusqu’à des extrêmes, que nous ne pouvons pas ignorer cependant - comme un(e) frustré(e) qui tape son chien ou cogne sa femme/son homme ou son môme - force est de reconnaître, dans notre propre vie, des amalgames, des colères qui ne pètent pas au bon moment ou sur la bonne personne, voire sur un mauvais sujet !

Quand vous ne vous exprimez pas, parce que votre colère vous semble, je dis bien vous semble, illicite ou parce que vous n’avez pas appris, que vous serrez les dents, que vous n’osez pas vous dire, vous accumulez... Les racines multiformes de la colère sourdent en vous...
Et il arrive que pète la colère, de manière disproportionnée, que vous ayez laissé passer de trop nombreuses occasions de vous élever, de vous insurger, de vous rebeller, et soudain, paf, vous voilà en train d’exploser de manière parfois disproportionnée sur une broutille qui, si vous aviez un cœur sinon lisse, du moins paisible, ne vous arrêterait même pas...

Je connais des personnes qui se laissent maltraiter au travail, par des cheffaillon(ne)s avides de prouver leur ascendant, ou tout bonnement inconséquent(e)s dans leurs ordres... ou les deux ! hum ! et vont fulminer, tempêter dans un tout autre domaine de leur vie, pour beaucoup moins que cela ! Ou... se braquer sur un détail, après en avoir laissé passer des dizaines d’autres...
Cela me fait penser à la succulente histoire du maître de maison que j’extrais pour vous des Contes des sages du Ghetto, recueillis par Ben Zimet.
Il était une fois, à Khelm, un Grand Sage qui s’était marié à une véritable mégère. Sa femme le menait par le bout du nez tout au long de la sainte journée. Un jour que plusieurs de ses amies lui rendaient visite, elle voulut leur montrer à quel point elle dominait son mari.
- Schlemil ! Hurla-t-elle. Va te mettre sous la table !
Sans un mot, le Sage s’accroupit et de glissa sous la table.
- Et maintenant, sors de là ! Ordonna-t-elle ensuite.
- Non, mille fois non, je ne le ferai pas ! rétorqua le Sage. Tu vas voir qui commande ici !

A toute explosion, il est important de fouiller un peu en vous : votre colère contre machin(e), est-ce bien de la colère ? est-ce bien votre colère ? et concerne-t-elle bien Machin(e) ?
Une occasion, surtout si elles sont rares, d’explorer un peu pour mettre à jour des ressentiments non élucidés... Pour votre plus grande légèreté, évidemment !
Et hum... celle du monde !

Il est des personnes, les punching ball, sur lesquelles il est très facile de se mettre en colère.
Les punching ball peuvent être des relations de peu d’importance pour nous.
Voyez, par exemple, le comportement des automobilistes ! Là aucun écueil ! on est dans sa voiture, tranquillou, et on rouscaille sur le monde des chauffards qui nous entourent ! je connais des êtres, a priori civilisés, qui se transforment en d’orduriers personnages dès qu’ils/elles sont au volant !

Mais les punching ball peuvent être au contraire des très très proches de la famille, du cercle amical, parce que nous savons que notre éclat ne met pas la relation en danger. Nos plus proches, donc, ou encore, les personnes qui dépendent de nous... Dès lors que la relation paraît indestructible...
Une mère, par exemple, constitue très souvent un excellentissime punching ball. Et il n’est pas rare - quels que soient les reproches légitimes qu’on pourrait lui adresser, et il y en a, bien sûr, toujours ! - qu’elle serve de prétexte à défouler les colères...
Si vous êtes en conflit avec vos enfants, pensez-y... Finalement, hum ! ils/elles vous manifestent une sacrée confiance !
Bon, impossible cependant de tout accepter ! Et les limites que vous marquerez - surtout sur le ton - seront bienvenues ! et pour tout le monde !
Je ne suis d’ailleurs pas loin de penser que nos proches, nos aimé(e)s nous poussent parfois à bout, pour nous voir nous redresser, et nous camper debout ! face à eux/elles. Nous voir réagir plutôt que nous effacer comme des victimes !...

Et si vous êtes l’enfant, hum ! êtes-vous certain(e) que vous ne vous trompez pas de colère ? ou alors, si vous avez légitimité à vous exprimer, vous avez aussi, dans ce cas, la possibilité de le faire sans tout casser, non ?!

Si cela ne dénote pas chez l’agoni(e) de sottises, un comportement de victime, un tempérament serpillère, il y a à se glorifier : tout va bien ! Et poser ensuite les choses avec simplicité...

Moralité : chaque colère devrait être l’occasion de s’interroger, de procéder à d’archéologiques fouilles, afin de ne pas laisser des amalgames immondes proliférer, des innocent(e)s trinquer ! et surtout d’alléger votre vie ! Une colère - ou une erreur de colère - élucidée va vous délester d’un poids incroyable ! vous n’imaginez même pas !
C’est à vous ! C’est pour vous...
Et... pour nous !

© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr – mars 2016








Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...