L’hibiscus

Aimer tout le monde ?

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Peut-on aimer les grincheux/ses ? Comment savoir aimer les très malgracieux/ses ?
Est-il vraiment possible d’aimer tout le monde ?!
Mission utopique, n’est-ce pas ? Et pourtant, c’est profondément inscrit dans notre trajectoire de vie !

Il est des personnes dans notre vie que nous avons beaucoup de mal à supporter, que nous disons avoir dans le nez. (Comme cette expression est inélégante et... inconfortable !)

Alors tout d’abord, réglons tout de suite le sort de cette obligation d’aimer : vous n’êtes vraiment pas contraint(e) d’aimer tout le monde. Car... c’est mission impossible ! Nous ne sommes que de petits bouts d’humain(e)s ! nous avons nos préférences, c’est normal.
Par contre, vous pouvez modérer vos emportements et calmer votre cœur. Si vous pouviez entrer dans une neutralité paisible, ce serait déjà un très joli progrès. N’est-ce pas ?
Et vous vous glisseriez dans le doux sens de la vie

En premier lieu, il convient d’admettre votre animosité.
En effet, très souvent, beaucoup plus souvent que vous ne le pensez, surtout s’il s’agit de proches, de la famille, par exemple, vous refoulez colère et rejet. Parce qu’évidemment, en société, clamer que vous n’aimez pas votre mère ou votre frère, ça n’est pas très chic ! Essayez, vous verrez ! Vous pensez savoir pertinemment quand vous êtes en désamour, or il est de nombreux cas où cela vous est tout bonnement inadmissible.
Alors, voyez si prononcer dans le silence de votre cœur : Je n’aime pas ma sœur, ne vous délivre pas d’une crispation inconsciente... et d’autant plus angoissante.
Bon, voilà, c’est dit ! C’est accouché ! Et le ciel ne s’effondre pas sur vous ! Cela vous apaise, au contraire, n’est-ce pas ?

Ensuite, regardez attentivement cette colère, cet agacement. Est-ce que vous ne reprochez pas à votre "ennemi(e)" justement un de vos péchés mignons ?
Ah tiens, il/elle veut tout contrôler ?! Euh... ne vous dit-on pas parfois que vous êtes un(e) commandant(e) ? Serait-ce un effet miroir  ?
Je vous invite à creuser un peu afin de vous pardonnez les défauts des autres

Je vous convie également à examiner soigneusement si vous n’êtes pas en train de vous tromper d’émotion, ou de protagoniste... Votre colère contre machin masque peut-être de la tristesse ou de la peur ?
Ou bien, vous pouvez aussi capter la colère de l’autre, et la lui produire : la période la plus belliqueuse de mon passé de guerrière correspond pile poil à la présence d’un collègue anormalement hargneux. Et à l’époque, je n’avais pas encore compris que je pouvais résonner pour lui !
Ou encore, rebondir à partir d’une très ancienne blessure qui vous vient de loin, et pour laquelle votre adversaire ne pourrait que plaider l’innocence !
Ça mérite vérification, vous ne trouvez pas ?

Voyez pareillement si vous ne pouvez adoucir votre jugement en pensant à lui/elle comme à un être blessé. Il/elle a probablement mal à la papatte, s’il/si elle est si discourtois(e)...

Et enfin, je vous livre une réflexion qui, personnellement, m’aide beaucoup. Lorsque quelqu’un(e) me froisse, me chiffonne, me crisse, etc... je me dis : Dieu l’aime aussi. Ou Lui/elle aussi est un(e) Bouddha.
Et du coup, tout change ! Je regarde pourquoi (j’allais écrire : pourquoi diable !) Dieu pourrait aussi l’aimer, et autant que moi encore (perplexité !) ! Et même si honnêtement, je ne comprends pas tout, (sourire), je me range à l’avis de plus Sage que moi !
Si vous n’êtes pas croyant(e), pensez au soleil. Le soleil ne freine jamais ses rayons ! Débonnairement, il arrose tout le monde ! Copieusement, et démocratiquement !
Je vous invite, à ce propos, à relire le très joli conte du cadeau du Rabbin.

Et la paix arrive... Pas forcément du jour au lendemain, n’exagérons rien ! Mais elle arrive !
Et vous pouvez même souhaiter à votre "ennemi(e)" de trouver le bonheur !
Ouf ! Vous êtes en chemin ! (Moi aussi, d’ailleurs !)


© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr - mars 2015


Je vous conseille la lecture de Vivre votre vraie vie, que l’une d’entre vous, inspirée, avait innocemment rebaptisé Savoir aimer ! Savoir s’aimer soi-même, d’abord, afin de mieux accueillir les autres !








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.